#Donald Trump fait marche arrière. Mardi, le président des États-Unis a défendu les manifestants d'extrême droite à #Charlottesville, en Virginie, en insistant sur le fait que « tous ces gens ne sont pas néo-nazis, et ce ne sont pas tous des suprématistes blancs ». Il a également condamné les contre-manifestants de gauche qui sont venus dans la ville universitaire de Virginie pour contester les manifestants d'extrême droite. Trump a initialement reproché la violence « des deux côtés » avant de dénoncer lundi le racisme comme un mal. Mmardi, il a insisté sur le fait que beaucoup de ceux de la foule qui brandissaient des drapeaux nazis et des salutations de pouvoir blanches étaient simplement « là pour protester contre la prise de la statue de Robert E Lee » Trump a ensuite comparé Lee et le général Stonewall Jackson avec George Washington et Thomas Jefferson.

Le président a continué à assimiler à la fois les manifestants et les contre-manifestants. « Je ne blame personne sur le plan moral », a déclaré Trump. « Vous avez un groupe d'un côté et un groupe de l'autre et ils sont venus les uns avec les autres avec des clubs - il y a un autre côté, vous pouvez les appeler à gauche, qui est venu attaquer violemment l'autre groupe ». Trump a poursuivi en assurant que « vous avez eu des gens qui étaient très bons des deux côtés ».

Trump dénonce le conducteur de la voiture

Le président a insisté auprès des journalistes qu'il en savait plus qu'eux sur les événements de Charlottesville car il « avait regardé très étroitement, beaucoup plus étroitement » qu'eux ce qui est arrivé lors de cet événement. « Vous avez beaucoup de personnes dans ce groupe autre que les néonazis et les nationalistes blancs et la presse les a traités de manière absolument injustifiée ».

Top vidéos du jour

Trump a condamné le conducteur de la voiture, disant qu'il « est une honte pour lui-même sa famille et son pays » et l'a même qualifié de « meurtrier ». L'ancien homme d'affaires a également renouvelé ses attaques envers les médias, qui l'avaient accusé de ne pas réagir immédiatement à cette affaire. « Je voulais m'assurer que ce que j'ai dit était correct, ne pas faire une déclaration rapide. La déclaration que j'ai faite samedi était une belle déclaration », a justifié le président des États-Unis. La déclaration a été largement critiquée par les législateurs des deux parties, y compris les Républicains qui ont rapidement décrit les événements comme un acte de terrorisme.

« L'hommage » de Duke à Trump

Lors de cette conférence de presse, les événements de Charlottesville ont permis aux journalistes présents de dévier sur un autre sujet : Steve Bannon. Le conseiller du président des USA est accusé de racisme et ses jours à la Maison-Blanche pourraient être comptés. « J'aime M. Bannon, il est un de mes amis », a expliqué Donald Trump, avant de préciser que « nous allons voir ce qui se passe », concernant l'avenir de son conseiller.

Le sénateur Orrin Hatch, de l'Utah, Républicain et membre le plus âgé du Capitole, a beaucoup fait parler de lui en s'opposant à Donald Trump. « J'avais seulement huit ans quand mon frère aîné Jesse a été tué lors de la Seconde Guerre mondiale. Comme je l'ai dit samedi, Jesse n'a pas donné sa vie en battant Hitler pour que les idées nazies ne soient pas combattues ici à la maison. Je n'hésiterai jamais à parler contre la haine, chaque fois que je la vois ». Les critiques se sont également multipliées à gauche, tandis que David Duke, ancien patron du Ku Klux Klan et présent à Charlottesville lors de cette fameuse manifestation, a tweeté : « Merci le président Trump de votre honnêteté et courage pour dire la vérité sur #Charlottesville et condamner les terroristes de gauche ». Un « hommage » bien embarrassant pour Donald Trump... #Etats-Unis