Le régime nord-coréen a réalisé son 6ème essai nucléaire dimanche 3 septembre. Ce test environ 10 fois plus puissant que le dernier effectué en septembre 2016 par Pyongyang confirme l'utilisation de la bombe H, une bombe hydrogène ou thermonucléaire. Cette action délibéré démontre encore une fois "la volonté répétée de Kim Jong-un de porter atteinte à la paix et la sécurité internationales" selon Emmanuel Macron. Le président français a d'ailleurs interpellé le Conseil de sécurité de l'ONU afin d'obtenir une réaction rapide et s'est entretenu avec Angela Merkel a ce sujet, évoquant "un durcissement" des sanctions de l'Union Européenne.

Washington et Moscou réagissent

Le président Macron n'est pas le seul a condamné "avec la plus grande vigueur" cet essai.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Donald Trump a également dénoncé ce tir de manière ferme. Il ira jusqu'à qualifié le régime de Pyongyang "d'Etat voyou" sur son compte Twitter : "La Corée du Nord est une nation de voyous qui est devenue une grande menace et l’embarras à la Chine, qui tente d’aider, mais avec peu de succès."

Moscou a aussi condamné de "manière la plus forte" ce nouveau test nucléaire réalisé par la Corée du Nord.

Cet essai d'une bombe H a profondément préoccupé la Russie qui dénonce "une menace sérieuse pour la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne".