Cette information, transmise via des documents provenant du renseignement intérieur néo-zélandais, tant à prouver qu'un jeune néo-zélandais de 17 ans a projeté d'assassiner Elizabeth II, lors d'une visite dans le Sud du pays [VIDEO], en Octobre 1981. Cette annonce, colportée par le New Zealand Herald, affirme que Christopher Lewis était muni d'une carabine 22 long rifle, et qu'il s'en est servi lors du passage de la Reine et de son cortège le 14 Octobre 1981, dans la ville de Dunedin. Les premières conclusions sur cette enquête font état d'une tentative involontaire de viser Elizabeth II, une des archives rendue public confirmant par la même : "qu'il est très probable qu'elle (l'arme) ne visait pas la reine ou son entourage".

Seulement, un autre dossier classé du renseignement intérieur néo-zélandais, fait état en 1997 d'une élaboration volontaire de Christopher Lewis de tuer la Reine, la police ayant exigé, à l'époque, de mettre sous silence cette tentative. Cette note, qui vient contredire les premiers résultats de l'enquête avancés seize ans plus tôt, montre des croquis sur les différentes trajectoires possibles du tir de M.Lewis, avant de finalement rajouter : "Lewis a eu en effet à l'origine l'intention d'assassiner la reine. [...] et n'avait pas un fusil suffisamment puissant pour atteindre sa cible à cette distance".

Pourquoi ce projet d'assassinat contre la Reine d'Angleterre n'est révélé qu'aujourd'hui ?

Les multiples documents ont été déclassifiés, faisant suite à une longue investigation du journal néo-zélandais Stuff, affirmant que les services de sécurité ont voulu minimiser l'impact de cette tentative d'assassinat sur l'opinion publique, d'une part pour ne pas mettre à mal la protection du cortège royal, mais aussi pour éviter un abandon de la Reine d'Angleterre en Nouvelle-Zélande.

Les forces de protection présentent ce jour-là ont délibérément fait croire aux membres qui accompagnés le cortège qu'il ne s'agissait de rien moins qu'un bruit de pétard.

Soupçonné de plusieurs cambriolages, accusé de possession d'armes à feu et de tir dans un lieu public, et aussi à l'origine d'une attaque à main armée dans son passé, Christopher Lewis avait, lors de sa tentative, un lourd passif judiciaire, ce qui pourrait expliquer cette tentative de Meurtre sur la Reine Elizabeth II. La police néo-zélandaise, ainsi que le service de renseignement intérieur, ne connaissent pas l'origine des motivations de cet acte. M.Lewis s'est suicidé en 1997, dans l'attente de son jugement pour le meurtre d'une femme et l'enlèvement de son enfant.