4

Le président réélu de la LCC (League camerounaise des consommateurs) a tenu deux conférences de presse le 26 et le 27 Avril 2018, au sein de son siège sis au quartier Etoa-méki à Yaoundé, dans le but d'élaguer quelques appréhensions sur l'état de l'agence de voyage "Général Express". Le Cameroun qui se promeut à valoriser les voyages routiers, met à ce sujet un point d'honneur à pouvoir satisfaire ses potentiels clients et touristes. De ce fait, la nature n'étant point parfaite, il existe néanmoins quelques désagréments liés à des accidents de circulation. Cette déconfiture qui figure parmi le taux de mortalité au Cameroun et même dans une grande partie de l'Afrique, a touchée l'agence de voyage " Général Express" réputée pour ses prix très abordables.

En effet, l'année 2017 a connu un grand étalage de cette déconvenue, en s'affichant dans le milieu "Général voyage" comme l'une des agences ayant enregistrée le plus d'accidents. Devant la pression médiatique et la perte d'une partie de sa clientèle, les responsables de cette agence ont décidé de faire un recyclage sous forme de séminaire de tout ses chauffeurs-conducteurs et de son personnel. D'où cette nouvelle mesure prise concernant la réglementation sur le kilométrage limité à 90 km/h, et le port obligatoire de la ceinture de sécurité. La LCC soucieuse du bien-être des consommateurs camerounais, s'est porté garante de faire une enquête sur cette nouvelle mesure préconisant les risques d'accidents sur la route. Le président de cette ligue Delor Magellan Kamseu Kamgaing, a ainsi tenu à faire un éclairage sur cette affaire en présentant au public les résultats de son enquête concernant cette agence de voyage qui ne cesse de défrayer la chronique.

Top vidéos du jour

Général est et reste une agence de voyage sûre

Les deux conférences de presse se sont tenues en l'espace de deux jours, afin de permettre à plusieurs hommes et femmes de médias de véhiculer l'information du rendu de l'enquête opérée par la Ligue camerounaise des consommateurs. Durant ces échanges, les préoccupations des journalistes se sont portées sur la durée de l'enquête et du trajet parcouru par l'envoyé de la LCC. "Nous nous sommes engagés à payer de nos propres poches le voyage de Yaoundé pour Douala, et ensuite celui de Douala pour Bafoussam et enfin de Bafoussam à Yaoundé. Nous avons requis l'anonymat pour éliminer le favoritisme et aujourd'hui, nous vous donnons le compte rendu du fait que cette agence de voyage reste sûre et confortable, loin des récriminations et des plaintes de certains concurrents en manque de clientèle. L'agence de voyage Général est de nouveau disponible, et prête à satisfaire ses habituels clients". A tenu à rappeler le président de la ligue lors de ces deux points de presse.

Conscient de la médiatisation orchestrée par la concurrence, le président Delor a insisté sur le fait qu'il n'a reçu aucune subvention, ni aucune compensation de quelque sorte de cette agence, afin de pouvoir réaliser cette enquête qui s'est déroulée en 3 jours pleins. Grand croyant religieux chrétien et né de nouveau, le président réélu de la LCC agit simultanément dans la transparence et l'abnégation, car selon ses prérogatives, " le client doit être Roi". Ayant à de nombreuses reprises milité pour les droits des consommateurs (grève de la faim en 2014 devant l'agence de régulation des télécommunications, grève contre la hausse des prix de l'eau, lettres de contestations contre l'augmentation des prix des télécommunications...), cet activiste pour la cause des citoyens camerounais, n'est pas prêt de s'arrêter en chemin. Car après l'agence Général, il compte également faire d'autres investigations complémentaires dans les prochains jours.