L’enquête poursuit toujours son cours en Corée du Sud pour faire la lumière sur un grand réseau de prostitution mais aussi de malversations. L’ex chanteur des Big Bang, Seungri s’est vu déclaré comme suspect, ainsi que trois autres idoles, dans cette affaire. Son club, le Burning Sun, utilisait des prostituées pour faire venir les clients. Aujourd’hui a été révélé que la drogue coulait à flot dans la boîte de nuit.

Publicité
Publicité

La mystérieuse Anna

Au tout début de l’affaire, lorsqu’un homme s’est présenté à la police pour porter plainte contre le Burning Sun, trois femmes se sont présentées face à lui l’accusant d’agression sexuelle et ce à fin de discréditer son témoignage. Parmi elles : Anna. Cette jeune femme revient alors souvent dans l’affaire. Interrogé sur l’identité de cette dernière, Seungri déclare qu’il ne s’agit là que d’une fan du groupe qui vient de temps en temps en boite mais qu’il ne la connaît pas personnellement.

Publicité

Oui mais voilà, en fouillant les relevés de compte d’Anna, il s’avère qu’elle gagne jusqu’à 15 000 dollars par jour. Argent qui provient du Burning Sun.

Les langues finissent pas se délier et les employés affirment qu’Anna était chargée de l’approvisionnement et de la distribution de drogues au sein de l’établissement.

Testée positive aux drogues

Anna est interpellée puis un test sanguin est effectué sur elle.

Il est positif à la marijuana, au cannabis ainsi qu’à l’opium et aux méthamphétamines. Après ces tests positifs, il est avéré que la drogue était utilisée par les clients VIP pour qu’ils puissent droguer les clientes afin d’abuser d’elles sexuellement. Un fait d’autant plus choquant que parmi les témoignages beaucoup de clients lambda ont avoué être au courant de l’afflux de la drogue au sein de l’établissement mais qu’il fallait faire partie du carré de privilégiés pour y avoir accès.

Une information relayée par la chaîne d’informations MBC News.

La drogue est complètement illégale en Corée du Sud, le fait qu’un trafic d’une telle ampleur ait pu prendre part sous les yeux des médias pendant des années sans que quiconque ne s’en aperçoive choque les citoyens coréens. A l’heure actuelle, toutes les boites de nuit sont passées au crible par l’inspection afin de mettre à jour toutes les activités illégales qu'elles soient fiscales ou axées sur le trafic humain.

Publicité

L'opinion publique souhaite voir son pays nettoyé de cette criminalité.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite