Le Minat (Ministère de l’Administration Territoriale) a tenu une réunion stratégique ce 19 mars 2019 à Yaoundé, concernant la réhabilitation de la police municipale suspendue depuis un mois. A cet effet, le Minat Paul Atanga Nji, a réuni le Délégué de la Commune Urbaine de Yaoundé, le gouverneur de la région du Centre, les 7 préfets, les 7 maires, les Officiers Supérieurs, les responsables des syndicats et les responsables de marchés. A titre de rappel cette police municipale a été provisoirement suspendue pour avoir perpétré des actes jugés violents envers certains citoyens camerounais.

Publicité

Le préfet du Mfoundi Jean Claude Tsila, a informé l’opinion publique nationale et internationale des nouvelles mesures prises. Dorénavant pour intégrer la Police Municipale il faudra passer par un concours afin d’éviter cette déflagration de force qui n’était gérée que par des « muscles ». Un accent sera donc mis sur le recrutement et la formation. Il s’est avéré que cette police municipale censée maintenir l’ordre et la paix dans la cité capitale, s’est malheureusement heurtée à des taxis qui ont aussitôt procédé à un bras de fer violent.

De ce fait, la médiatisation de cet échange s’est immédiatement déversée dans les réseaux sociaux et autres canaux de communication. Cependant, les mairies qui ne sont pas encore dotées de police municipale attendront les nouveaux textes.

Le Cameroun va se doter d'une Police Municipale dans les normes

Par ailleurs, le Cameroun dans son optique majeure de pouvoir maintenir l’unité, la paix, et la cohésion sociale, œuvre quotidiennement à ce que cet aspect soit effectif dans toutes les 10 régions qui le caractérisent.

Publicité

De ce fait, la ville de Yaoundé a tenu à préserver cette unité en suspendant provisoirement cette police municipale le temps de trouver un terrain d’entente entre les deux parties. Le ministre de la Décentralisation et du Développement Local (Minddevel) Georges Elanga Obam, a quant à lui instruit aux communes étant sous sa direction à plus de vigilance et d’autorité envers leurs administrés.

Sachant que la commune a une mission générale de développement local et d’amélioration du cadre et des conditions de vie de ses habitants (loi N°2004/018), ces mesures de précaution demeurent donc inaliénables.

Durant cet échange entre les différentes parties, le sort de la police municipale a été mis sur la table. Le Minat a donc reçu de très hautes instructions du chef de l’Etat Paul Biya, concernant ces écarts de conduite.

Une stratégie pour faire régner l'ordre

Il a été question d’avoir une évaluation de la situation et de trouver une solution provisoire pour cet organe qui s’occupe de la sécurité des citoyens camerounais. La mise en place d’une solution définitive a également été évoquée lors de cette séance de travail. Faisant face à un désordre urbain constaté malgré tout depuis cette suspension, le gouvernement tient à travailler en synergie avec l’ensemble des couches de la société.

Publicité

Selon le délégué de la Commune Urbaine de Yaoundé Gilbert Tsimi Evouna, "l’ordre va régner et de nouvelles mesures seront prises en compte pour une meilleure gestion des affaires communales de la capitale." La réunion s’est terminée avec un consensus pris entre les différentes parties présentes et les prochaines mesures qui devront être appliquées notamment celle du retour de la police municipale à Yaoundé. Les maires, les officiers et les préfets présents ont notamment pu s'enquérir de nouvelles mesures concernant la mise en place de cette Police Municipale.