L'affaire Ann McClain secoue la Nasa. La célèbre astronaute américaine est désignée coupable par son ex-femme d'avoir usurpé son identité puis d'avoir consulté ses comptes... dans l'espace. C'est la première fois qu'un tel délit est dénoncé auprès de la Nasa et les règlements de compte entre couples ne semblent pas épargner l'espace.

Une juridiction qui peine à s'appliquer dans l'espace

Le méfait a eu lieu peu après l'ouverture de la procédure de divorce du couple en 2018.

Summer Worden, ancienne agente de renseignement à la NSA dénonce Ann McClain d'avoir consulté ses comptes bancaires via un serveur de la NASA, une observation confirmée par sa banque : l'USAA bank. Summer Worden s'appuie sur une preuve de poids : au même moment, sa femme a vécu pendant six mois au sein de la station internationale d'après le New York Times. Une première accusation est enclenchée auprès de la Commission Fédérale du Commerce.

La NASA fait face à une deuxième plainte. C'est précisément le bureau de l'inspecteur général de la Nasa qui est pris à partie via une lettre envoyée par la famille de Summer Worden.

Jusque là, les accusations sont valides mais l'affaire se corse en raison d'un obstacle de taille : pénalement, l'espace n'est pas la possession d'un unique état. Les 5 pays présents dans la station internationale (Etats- Unis, Japon, Russie, Canada et Europe), aux cotés d'Ann McClain, réclament que cette affaire soit réglée par le pays d'origine de l'astronaute concerné.

Pour couronner le tout, la Nasa s'est exprimée et semble réticente à s'impliquer dans des affaires personnelles surtout qu'il s'agit d'une astronaute désignée comme très active et réputée. L'affaire Judiciaire promet d'être un véritable imbroglio ou aucun état et pas même la Nasa ne souhaite s'impliquer d'un point de vue pénal.

Ann McClain réfute cette accusation

Alibi d'Ann McClain : elle a seulement voulu vérifier l'état des comptes bancaires de son ex-femme, craignant que celle-ci soit en mauvaise posture financière et ne puisse donc pas s'occuper convenablement de leur fils.

Un fils, au cœur de la discorde, dont la garde est réclamée par Ann McClain. Une requête soldée par un échec et qui précède l'usurpation d'identité puis la consultation des comptes perpétrés par l'astronaute. Son avocate Rusty Aldrin soutient qu'elle n'a eu pourtant aucune volonté de nuire : « Elle nie avec acharnement avoir fait quelque chose de mal ».

La principale concernée n'a pas souhaité s'exprimer davantage et assure qu'elle le fera au cours de l'avancée de l'enquête.

En attendant, cela risque de lui porter préjudice pour être choisie en tant que première femme à marcher sur la lune en 2024 - elle, qui a été désignée l'une des astronautes favorites pour cet exploit. Autre coup dur : la récente annulation, en mars, d'une sortie dans l'espace avec une collègue pour une cause surprenante : le manque de combinaisons d'astronautes pour femmes. Le feuilleton Ann McClain vs Summer Worden ne fait que commencer.

Qui est l'astronaute Ann McClain ?

Après avoir effectué une belle carrière militaire en tant qu'aviatrice, Ann McClain est embauchée en 2013 comme astronaute auprès des 20 autres spationautes sélectionnés par la Nasa. Ann McClain est décorée à plusieurs reprises lors de sa carrière militaire : bronze star medal, air medal, deux army commendation medals, deux army achievment medals, Iraq campaign medal et encore bien d'autres. Longtemps, la cadette de l'équipe, elle dispose d'un palmarès notable car elle a effectué de nombreuses expéditions dans l'espace dont Soyuz MS-11 en décembre 2018, la première mission extra spatiale EVA 1, 100% féminine fin mars 2019 avec Christina Koch et enfin, en avril 2019, la préparation réussie de l'arrivage de Cyrus NG-11 en compagnie d'autres célèbres astronautes.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite