Le Gouvernement Camerounais dénonce avec la dernière énergie, les accusations mensongères, voire fausses de Human Rights Watch (HRW). Cette ONG a publiée un rapport le 25 février 2020, intitulé : " Cameroun : Massacre de civils dans la région séparatiste ".

Il a été produit par Ilaria Allegrozzi, représentante chercheur pour HRW. Ce rapport fait état du meurtre sans véritable fondement, de 21 personnes par les Forces Nationales de Défense et de Sécurité (FDS) camerounaises. Toujours selon ce rapport, cet incident se serait déroulé le 14 février 2020 à Ngarbuh dans le département du Donga-Mantung dans la région du Nord-ouest.

Ce 27 février 2020, le ministre de la communication (Mincom) René Emmanuel Sadi, a donné une conférence de presse dans la salle de l'Auditorium du Ministère.

Des accusations non fondées de HRW

Ilaria Allegrozzi accuse les FDS d'avoir incendié 5 maisons, et commis plusieurs pillages, tout en attaquant quelques habitants de l'ethnie peul Bororo. L'État du Cameroun rejette en bloc ces accusations jugées fallacieuses et infondées.

Le Mincom a tenu à rappeler à la communauté nationale et internationale que le Chef de l'État S.E. Paul Biya a instruit une enquête suite à l'incident de Ngarbuh. Ceci dans le but d'avoir une clarification approfondie de tous les aspects liés à cet incident. Le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, a hautement dénoncé cette publication qui tient de la mauvaise foi de cette organisation qui n'en n'est pas à son premier rapport dénué de vérité.

Une récidiviste aux trousses du Cameroun

Il est à noter que la dénommée Ilaria Allegrozzi, travaillait auparavant avec Amnesty International, et a également eu à faire ses preuves au Cameroun. Celle-ci toujours dans cette visée de produire de faux rapports, se verra même expulsée du Cameroun le 12 avril 2019, et arrêter sa collaboration avec cette organisation.

En outre, cette autre publication faite par cette dernière via son nouvel employeur HRW, tient sans nul doute à une frustration envers le gouvernement camerounais. Par ailleurs, l'État du Cameroun via ses services de renseignements, est au courant depuis quelques jours de preuves irréfutables contre cette dernière.

Mme Ilaria entretient en effet, des liens avec le dangereux terroriste dénommé Nfor Yacubu. Ils échangent régulièrement des conversations téléphoniques par messages. Dans les recoupements, celle-ci lui demande de lui fournir autant que possible les vidéos, documents et photographies truqués. Sachant que Nfor Yacubu est un spécialiste en montage de faux documents et de vidéos, elle mettra tout en oeuvre afin d'essayer d'attenter à l'image de la nation. Comme alternative à cette démesure, Ilaria Allegrozzi, va demander à son compagnon de fortune de prendre la précaution de toujours supprimer tous les contenus de leurs échanges. Ceci par mesure de sécurité. Le gouvernement condamne ces actes avec la plus grande fermeté.

Tant il a toujours été constaté que certains organismes, associations ou ONG, se démarquent quelquefois par leurs accusations erronées et mensongères envers le Cameroun. Certains commettent même des actes anti-républicains en collaborant directement avec certains sécessionnistes. C'est le cas par exemple de "Médecins sans frontières" qui logent certains sécessionnistes dans les centres de santé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Ne manquez pas notre page Facebook!