Exerçant comme journaliste à la chaîne de télévision privée Canal 2 International, Eric Golg Kouatchou a été interpellé le jeudi 02 avril 2020 à Douala. Ce dernier a été placé en garde à vue par la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) à Douala au Cameroun.

Travaillant (comme correspondant) pour le compte de Canal 2 à l'étranger en France (Paris), il est soupçonné d'avoir collaboré avec l'activiste Calibri Calibro (Abdoulaye Thiam), aux vues de l'échange que ce dernier a pu avoir avec le président français Emmanuel Macron, en date du 22 février 2020 au Salon International de l'Agriculture.

Le SNJC (Syndicat National des Journaliste du Cameroun), à travers son Président national Denis Nkwebo ce 04 avril 2020, a notamment fait un communiqué "urgent N°1", afin de dénoncer cette arrestation.

Le SNJC demande un rétablissement immédiat des droits du journaliste

Le SNJC a manifestement mis ce communiqué à la disposition de la presse nationale et internationale afin de dénoncer la séquestration arbitraire de ce journaliste camerounais. A-t-on pu lire dans le communiqué signé de Dénis Nkwebo. Cette note a également noté son absence dans sa famille et par ses collègues, qui n'auraient plus aucune nouvelle de lui depuis le 02 avril 2020, date de son interpellation. Le syndicat dénonce avec fermeté cette arrestation et exige sa libération dans les deux jours qui suivent et sans préavis.

Selon le Syndicat, celui-ci s'est fait enlever par des éléments de la sécurité non identifiables pour un lieu inconnu.

Par ailleurs, après l'avoir gardé à vue à la DST, Eric Kouatchou qui est en séjour au Cameroun depuis le 17 mars 2020, a ensuite été conduit à Yaoundé ou il est actuellement entendu par les éléments de la Direction Générale du Renseignement (DGRE), concernant l'affaire Calibri Calibro.

Selon certaines sources, le journaliste serait accusé d'avoir remis son badge à l'activiste pour qu'il puisse avoir accès à l'entrée du dernier Salon International de l'Agriculture à Paris.

Dénis Kwebo pour une libération sous 48 heures

Rappelons que l'activiste dénommé Calibri Calibro avait enregistré et filmé un échange avec le président français ou il accusait le Chef de l'Etat S.E.

Paul Biya, de dictateur et de génocidaire. Cette vidéo avait malheureusement fait les choux gras de la presse nationale et internationale. Le Ministère de la Communication à travers un communiqué de René Emmanuel Sadi, avait alors démenti ces allégations mensongères de l'activiste concernant l'acte jugé génocidaire dans la localité de Ngabuh dans le Ndu (Nord-Ouest du Cameroun).

"Faute par les autorités camerounaises de donner satisfaction à cette demande, le BEN fera une annonce irrévocable ce lundi 06 avril 2020 à 8 heures précises". A terminé le Président National du SNJC dans son communiqué urgent N°1 du 04 avril 2020. Le Bureau Exécutif National (BEN), prie ainsi toutes les sections régionales du SNJC à se mobiliser massivement et à se tenir prêt pour un mot d'ordre imminent.

Ne manquez pas notre page Facebook!