Le Syndicat National des Journalistes Indépendants du Cameroun (SYNAJIC), a fait une sortie en vue de soutenir le PDG du groupe l'Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga. En effet, ayant été la cible de plusieurs attaques dans les réseaux sociaux et dans certains médias, celui qu'on surnomme le "pape des médias" au Cameroun, s'est vu fermer quelques de ses entreprises médiatiques afin de refaire une restructuration professionnelle adéquate.

Toutefois, depuis quelques jours, il est apparu un communiqué annonçant la réouverture de ces locaux (21 septembre 2020) accompagné d'une liste de quelques noms qui ne feraient plus partis de ses effectifs.

Le SYNAJIC dans ses attributions de protection des droits des journalistes, s'est levé pour décrier cette cabale qui est menée contre ce patron de médias au Cameroun lors d'une conférence de presse. Cette rencontre a été organisée avec l'appui de plusieurs autres soutiens du magnat des médias. Luttant contre la propagation de la Covid-19, le syndicat travaille en collaboration avec le Dr Euloge Nyagnigni (Cardiologue), l'Institut Matamfen, et la présidente de l'association des Bayam Sellam (nom attribué aux vendeuses de vivres au marché) de Yaoundé.

D'autres figures bien connues des médias ont été aperçues lors de cette rencontre avec les journalistes. C'est le cas du journaliste François Bikoro ou encore celui du célèbre animateur radio Serge Tamba.

Cette communication arrive à point nommé face à cette débâcle que subit cet inconditionnel des médias au Cameroun. Jean Pierre Amougou Belinga peut-on dire, demeure parmi les patrons de presse qui a eu une ascension fulgurante grâce à sa détermination et son pragmatisme à valoriser le travail bien fait.

Evoluant dans le secteur privé, c'est ainsi que ses entreprises se sont simultanément développées au fil des années. Un nouveau bâtiment (immeuble) est d'ailleurs en construction pour ses futurs locaux, qui va par ailleurs jouxter une bibliothèque spéciale dédiée à l'honneur du Chef de l'Etat S.E. Paul Biya.

Un accord de principe institué par le SYNAJIC

"Je vous invite à nous lever comme un seul homme pour apporter notre soutien à un Grand Patron de Presse. Aidons le à se maintenir débout pour notre épanouissement, c’est notre fierté, car ce monsieur a changé le statut social du journaliste de la presse privée au Cameroun, faisons preuve de reconnaissance. Soutenons Sa Majesté Jean Pierre Amougou Belinga, il est des nôtres.

Je profite de cette tribune pour appeler au pardon de tous ceux qui se sont sentis heurtés, meurtris par ses propos. La chambre du pardon aucun homme sage ne la referme, pardonner est belle victoire de guerre. "Ne le tuons pas par aigreur, ne le tuons pas par jalousie, soutenons le et valorisons le pour ce qu’il nous a apporté, et continue d’ailleurs à nous apporter. Reconnaissons l’homme pour ses biens faits à notre corporation. Mettons nos égos dans la poubelle et regardons ensemble dans la même direction." Un adage de chez nous dit : "qu’on ne peut pas cracher tout le sang de la langue" A dit Alex Koko à Dang, président du Syndicat National des journalistes indépendants du Cameroun.

Durant cette rencontre qui s'est déroulée le 10 septembre 2020 à l'hôtel Aurélia Palace à Yaoundé, le président du SYNAJIC qui était accompagné de leur président d'Honneur le Prince Théophile Kwendjeu, d'un représentant du Ministère de la Communication, du Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale et des membres du bureau. Il a insisté sur le fait que ce soutient devrait demeurer inconditionnel chez ses confrères et consoeurs de la corporation.

Jean Pierre Amougou Belinga doit être soutenu

Cependant, des messages vocaux ont notamment circulé, incriminant le PDG du Groupe l'Anecdote durant plusieurs semaines, ce qui a parallèlement créé des remous dans la sphère médiatique et sur la toile.

Certains se sont montrés compréhensifs et ont aussitôt marqué leur soutien indéfectible, d'autres mués par des intentions inconnues ont préférés accentuer cette cabale. Par ailleurs, Amougou Belinga, dans ses élans de générosité, a toujours su adapter ses employés notamment ceux des médias à une surenchère professionnelle, ceci en les mettant dans un piédestal de compromis aux vues du travail qu'ils effectuent dans ses entreprises.

Il n'a donc pas été aisé quelquefois de voir ressortir de nombreux scandales impliquant plusieurs de ses employés de sa chaine de télévision "Vision 4". En outre, certains de ses collaborateurs auront parfois été qualifiés d'individus aux relents accentué vers un tribalisme récurrent, ce qui quelquefois auront provoqués des réactions haineuses dans les réseaux sociaux.

Rappelons que la franchise Amougou Belinga c'est plus de 2000 emplois stables et rémunérés chaque mois, plusieurs entreprises (les chaînes de télévisions Vision 4 au Cameroun, et Télésud en France, le Journal l'Anecdote, la radio Satellite Fm, l'école de formation d'enseignement supérieur Issam, les microfinances Vision Finance, et Vision Exchange...) et de nombreuses autres collaborations.

Face à autant de déflagration sociétale, le SYNAJIC a voulu s'exprimer sur cette défaillance que subit ce magnat des médias camerounais. Le syndicat s'est aussi prononcé en indiquant que ceux qui se sont sentis heurtés par les propos du PDG du groupe l'Anecdote puissent humblement lui pardonner pour ce qu'il pourrait qualifier comme étant un "écart de conduite".

En effet, lors d'une récente sortie médiatique, ce dernier avait eu à qualifier les ressortissants de la région du Sud (les Béti) d'être des paresseux et des envieux. Le retour de cette sortie n'avait pas eu le résultat escompté et plusieurs réactions s'étaient alors faites ressentir de quelques individus originaires de cette région.

A priori, quelques citoyens camerounais hors de son espace de travail ont également souhaité lui apporter leur soutient. Il s'agit du jeune chercheur et communiquant du RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais) Marial Bessala, qui lui a écrit plusieurs lettres de motivation et d'encouragement et du journaliste camerounais Jonas Abena. Celui-ci lui a également prêté main forte en compagnie d'un groupe d'individus qui s'est rendu jusqu'au village de ce dernier, afin de lui apporter un peu de réconfort en ces moments quelques peu troubles.

Jonas Abena qui est aussi le Directeur de publication du Journal "Température" et du site internet "Afrik Info", ne cesse d'ailleurs de l'ériger en éloge sur toutes ses plateformes de communication.

Alex Koko à Dang a par la suite indiqué que ses confrères et ses consoeurs devraient massivement soutenir ce grand homme des médias qui fait rayonner le Cameroun dans la sous-région Afrique Centrale et même dans le monde. Une prochaine sortie du SYNAJIC se fera dans les prochains jours afin de communiquer sur les futures activités qui sont cours. Notons que le Syndicat est aujourd'hui légalisé et se dit prêt à défendre les droits des journalistes, protéger les entreprises de presse, créer et entretenir parmi ses membres la notion d'éthique et de dialogue professionnel.

Il compte aujourd'hui de nombreux membres et compte s'étendre dans toutes les régions du pays.

Ne manquez pas notre page Facebook!