Emotions fortes, papillons dans le ventre, mains moites? Des signes qui ne trompent pas. "Elle court, elle court la maladie d’amour", chantait Michel Sardou. Loin de nous l’idée de maladie, l’amour est au contraire un sentiment d’attachement profond envers une autre personne. Très souvent, les débuts d’une relation amoureuse sont magiques et source de bien-être profond. C’est pourquoi on qualifie cette phase de “lune de miel”. D’ailleurs, les plus grands artistes et poètes romantiques ont célébré l’amour dans leurs ouvrages.

Pourtant, en y regardant de plus près, des neurobiologistes ont découvert que ce sentiment n’est rien d’autre que le résultat de réactions chimiques observées dans le cerveau.

L’amour est une réaction chimique

Plusieurs études ont démontré que lorsqu’on tombe amoureux, les hormones libérées dans le cerveau ont des effets comparables aux drogues. Tout comme la cocaïne, addictive de par le sensation d’euphorie intense qu’elle provoque, le sujet amoureux se souvient de sa partenaire comme quelque chose qui lui a procuré du plaisir et des émotions fortes. Et il cherchera ainsi à être en permanence en sa présence. N’est-il pas en effet le propre de l’Homme que de fuir ce qui le contrarie et d’aller à la conquête de ce qui le rend heureux ?

Alors comment cela se passe-t-il concrètement ?

En réalité, l’amour est responsable d’une activité cérébrale intense dans les régions du cerveau qui sont liées à la récompense, la motivation et les émotions.

Ces régions, fortement sollicitées, produisent un grand nombre de substances hormonales comme la dopamine qu’on appelle aussi “hormone du bonheur”, l'adrénaline, l’ocytocine ou encore la vasopressine. Des termes indéniablement complexes mais qui prouvent que l’amour aussi a une explication scientifique et que le plaisir qu’il entraîne nous est transmis par des neuromédiateurs.

C’est probablement pour cela que l’on dit souvent que “l’amour est aveugle”

Cette chimie complexe opérée dans le cerveau n’est pas sans conséquences puisqu’elle nous en fait presque perdre la raison. Quand on est amoureux, nous avons la sensation de ne pas être comme d’habitude puisqu’on idéalise notre conjoint.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on dit souvent que “l’amour est aveugle”. Comme une drogue, l’amour influence notre jugement et altère notre esprit critique. Cet effet a lieu quand les neurones concernées, celles associées au jugement, entrent en narcose.

Ce processus entraîne chez le sujet amoureux une euphorie et une excitation qui vont être très intenses dès le début mais vont s’estomper avec le temps. En réalité, le “cocktail d’hormones” que le cerveau a sécrété retombe et n’a plus la même intensité. Les effets produits sont donc moindres. Certains spécialistes estiment que l’excitation des débuts peut durer jusqu’à 3 ans en s’estompant avec le temps.

Et le véritable amour ?

L’amour véritable, me direz-vous, existe-t-il ?

Oui, mais sa réalité est différente de celle que l'on a connue dans l'art ou les médias. Les artistes et les poètes du monde entier ont sacralisé le sentiment d'amour, insaisissable. Mais il est dans un premier temps lié à des phénomènes biologiques présents dans notre cerveau.

Une fois l’effet des hormones retombé, le cerveau n’est plus influencé par l’euphorie qu’elles peuvent entraîner. L’amour, qui n'est plus provoqué par l'ivresse, est alors guidé par la raison. Un mélange de respect, de confiance et d’acceptation de notre partenaire, l'amour rationnel permet aux relations de durer contrairement à la sécrétion d’hormones qui, elle, est éphémère.

Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!