Dans Why Women Kill, le créateur Marc Cherry (Desperate Housewives) revient à son univers familier de banlieue et de meurtre avec des résultats mitigés. La nouvelle série suit trois Femmes à travers trois décennies différentes - les années 60, 80 et le présent et leurs différentes réactions face à diverses infidélités au sein de leur mariage. Le concept peut aller dans un sens ou dans l'autre : un drame sérieux qui interroge le psychisme d'une femme meurtrière ou une comédie idiote qui accentue le ridicule et les éléments savonneux. Comme on peut s'y attendre venant de Marc Cherry, "Why Women Kill" est un mélange, une comédie dramatique sombre et drôle qui fonctionne en surface.

Trois générations, trois scénarios qui finissent par un meurtre

En 1963, Beth Ann (une Ginnifer Goodwin parfaitement coulée) est la femme au foyer idéale et obéissante pour son mari Rob (Sam Jaeger) : Elle garde la maison en ordre, prépare le dîner lorsqu'il rentre du travail, et remplit même sa tasse de café automatiquement à la seconde où il la tapote. Rob, en revanche, couche avec une serveuse au restaurant du coin. L'histoire de 1984 suit Simone (Lucy Liu), une riche mondaine qui, lors d'une de leurs soirées chic, découvre que son mari Karl (Jack Davenport) la trompe avec un homme. Puis, en 2018, il y a le couple moderne Eli (Reid Scott), un scénariste, et sa femme Taylor (Kirby Howell-Baptiste), une avocate bisexuelle, qui ont un mariage ouvert.

Leur intrigue se met en branle lorsqu'ils tombent tous deux amoureux de l'une des partenaires de Taylor, Jade (Alexandra Daddario).

La tromperie, un dénominateur commun

Bien que chaque couple soit confronté au même problème principal, la tromperie, quelle qu'en soit la forme; ils ont chacun leurs propres problèmes et particularités qui les distinguent.

En fait, à part le fait qu'ils vivent tous dans la même maison californienne à des endroits différents, les trois périodes ne se rejoignent pas toujours, ce qui rend certaines des transitions de scène en scène un peu difficiles. "Why Women Kill" manque souvent de la cohésion nécessaire à une telle histoire, mais elle fonctionne surtout comme une série de vignettes vagues et sommairement drôles.

L'histoire qui vous intéresse dépend de vos goûts personnels, avec des hauts et des bas. La vie de Beth Ann dans les années 60 est la plus peinte en chiffres, où rien de ce qui se passe n'est surprenant et où la chute est prévisible. Rob est ridiculement horrible ; lorsque Beth Ann, qui n'a ni travail ni passe-temps, se demande à voix haute qui elle sera après la mort de Rob, sa première réponse est : 'Ma veuve ?' Mais il est certainement intéressant de le voir se juxtaposer aux autres lignes temporelles, et de voir comment les femmes hétéros traitent la même bêtise quelle que soit leur époque. Entre-temps, Simone est aussi la plus facile à détester, et doublement quand elle trouve de l'attention sexuelle ailleurs.

La chronologie ne joue en rien sur les conséquences

En ce qui concerne la chronologie actuelle, Eli et Taylor personnifient toutes les angoisses que l'on trouve dans de nombreuses relations modernes et progressistes (et quand il s'agit de non-monogamie et de franchir la ligne entre la jalousie saine et la jalousie malsaine). C'est aussi la plus évidente des trois; Eli explique à la caméra qu'il a rencontré Taylor lors d'une marche de femmes alors qu'elle 'faisait un discours sur le démantèlement du patriarcat' mais, admet-il, il ne sait pas ce qu'elle disait car il était trop occupé à penser qu'elle était 'une féministe sexy'. Pourtant, elle semble toujours étrangement vide, surtout parce qu'il n'y a pas beaucoup de caractérisation de l'une ou l'autre des femmes du triangle amoureux, sauf qu'elles sont sexy et qu'Eli les veut toutes les deux.

Suivez la page Séries TV
Suivez
Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!