Le principal moyen de transmission du SRAS-CoV-2, le coronavirus qui cause le Covid-19, est quelque peu dans l'air depuis son apparition. Il est clair que le virus peut se propager par contact direct avec une personne infectée. De nombreuses questions s'enchainent comme: peut-on le détecter vraiment sur les poignées de porte? Les emballages et autres surfaces ? L'attraper lorsque quelqu'un envahit brièvement le rayon interdit de 1.80 m ? Et d'autres encore. La réponse, selon plusieurs experts en maladies infectieuses, est probablement "tout cela". Et vous pouvez probablement ajouter les chasses d'eau à la liste.

Une telle variété de méthodes de transmission expliquerait pourquoi tant de personnes attrapent le virus. Et cela signifierait que les derniers conseils des centres américains de Contrôle et de prévention des maladies (CDC) sont un peu en décalage avec de nombreux experts.

Le CDC a récemment mis à jour sa page web sur le sujet, en faisant cette nouvelle déclaration : "On pense que le virus se propage principalement de personne à personne", de cette manière : "Entre des personnes qui sont en contact étroit les unes avec les autres (dans un rayon d'environ 1.80 m)". Par les gouttelettes respiratoires produites lorsqu'une personne infectée tousse, éternue ou parle. "Ces gouttelettes peuvent atterrir dans la bouche ou le nez des personnes qui se trouvent à proximité ou éventuellement être inhalées dans les poumons".

Le CDC a également mis à jour les moyens par lesquels il affirme que le virus ne se propage pas facilement, y compris celui-ci : "Il est possible qu'une personne puisse contracter la Covid-19 en touchant une surface ou un objet sur lequel se trouve le virus, puis en touchant sa propre bouche, son nez ou éventuellement ses yeux", indique l'agence.

"On ne pense pas que ce soit le principal mode de propagation du virus, mais nous en apprenons encore plus sur ce virus". Les experts en maladies infectieuses craignent que le langage des nouvelles directives ne décourage pas les gens de prendre des précautions de base comme se laver les mains. D'autres s'opposent à la suggestion selon laquelle la transmission par voie aérienne ne se produit pas au-delà d'un mètre.

Manque de diffusion de messages clairs des gouvernementaux

Un problème persistant dans cette pandémie a été le manque de messages clairs de la part des dirigeants gouvernementaux dans le monde entier ce qui pourrait même avoir un effet néfaste sur l'hygiène des mains et encourager la complaisance à l'égard de l'éloignement physique ou d'autres mesures. Nombreux continuent à se laver les mains le plus possible, port du masque et désinfection des surfaces communes.

Le coronavirus est-il présent dans l'air ?

La question de savoir si le SRAS-CoV-2 reste en suspension dans l'air et viable dans les gouttelettes respiratoires au-delà de quelques pieds est très débattue depuis des mois. Mais de nombreuses études et plusieurs experts affirment que le virus peut certainement rester dans l'air pendant plusieurs minutes et infecter des personnes situées bien au-delà de six pieds de la source, voire même circuler de manière infectieuse dans les systèmes de climatisation. Une étude réalisée en Chine en janvier, publiée par le CDC, a conclu que le Coronavirus était transmis par une personne dans un restaurant à dix autres personnes qui se trouvaient dans le panache d'une unité de climatisation, alors que d'autres dîneurs hors du panache n'étaient pas infectés.

Lorsqu'une personne infectée par le virus parle, chante, tousse ou éternue, des gouttelettes contenant le virus sont émises.

Le CDC et tous les grands experts sont d'accord sur ce point, et c'est pourquoi les masques faciaux sont si essentiels, non pas tant pour protéger celui qui les porte que pour protéger les autres. Les gouttelettes sont de différentes tailles, de minuscules à plus petites. Les plus petites, appelées aérosols, ont été comparées à de la laque pour cheveux qui persiste et qui peut être sentie si vous marchez dans un panache même quelques minutes plus tard. "Les adultes et les enfants de petites tailles pourraient être plus exposés s'ils se trouvent sur la trajectoire des gouttelettes de salive qui se déplacent".

Une nouvelle étude a montré que la même chose se produit avec le coronavirus, sans l'odeur.

Le simple fait de parler produit 2.600 minuscules gouttelettes par seconde, et lorsqu'une personne est infectée, environ 1.000 de ces gouttelettes peuvent contenir le virus, et les gouttelettes peuvent rester dans l'air jusqu'à 14 minutes. Cependant, les résultats sont basés sur une modélisation informatique et ne permettent pas de savoir si les gouttelettes seraient infectieuses. Et en général, les experts s'accordent à dire qu'une brise est une bonne chose, car elle disperse le virus, et que le risque d'infection est beaucoup plus faible à l'extérieur qu'à l'intérieur. Par ailleurs, une étude de cas récente a montré la facilité avec laquelle le coronavirus peut se propager lorsque les gens se trouvent à proximité.

Une personne porteuse du virus dans une chorale a infecté 53 autres personnes, entraînant deux décès. Ces "super-diffuseurs", qui ne savent peut-être même pas qu'ils sont malades mais qui sont en fait infectieux, restent une grande préoccupation pour les experts en maladies infectieuses, dont certains pensent que le CDC est trop prudent en insistant sur une règle de deux mètres sans mentionner le risque plus large de propagation par aérosol.

Les matières fécales sont-elles importantes ?

Les directives du CDC ne tiennent pas compte d'une éventuelle transmission fécale du coronavirus. Des chercheurs en Chine ont examiné les matières fécales de patients atteints de COVID-19 et ont trouvé des particules viables du virus du SRAS-CoV-2, indiquant que le virus infectieux dans les matières fécales est une manifestation courante de la COVID-19.

Dans une analyse séparée, les chercheurs ont passé en revue d'autres études sur la transmission fécale possible du coronavirus. Cependant, quelques études ont montré que le virus infectieux peut être présent dans les échantillons de selles. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si le coronavirus se propage dans les excréments, mais comme d'autres maladies, comme la "grippe intestinale", cela signifie qu'il faut continuer à se laver les mains, bien sûr. Fermez les couvercles des toilettes avant de tirer la chasse d'eau, laissez le ventilateur de la salle de bains en marche et ne vous précipitez pas pour utiliser une salle de bains juste après quelqu'un d'autre.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!