L’appel à la prière a rarement résonné aussi fort ce vendredi 10 juillet sur l’esplanade de Sultanahmet en face de la mosquée du sultan Ahmed, la Mosquée bleue.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé la réislamisation de la basilique Sainte Sophie suite à la révocation de son statut de musée par le Conseil d’Etat, le plus haut tribunal administratif turc. Sainte Sophie fut la plus grande église de la chrétienté jusqu'à la construction de la basilique Saint-Pierre du Vatican à Rome. Le plus célèbre monument d'Istanbul fut construit entre 532 et 537 sous Justinien 1er sur les ruines d'une basilique consacrée à Constantin le fondateur de Constantinople, l’ancien nom d'Istanbul.

Surplombant le port de la Corne d’Or, l'église de la sagesse de Dieu’’ Hagia Sofya’’ représente à elle seule toute la splendeur byzantine. Elle fut la principale église de l'Empire romain d'Orient pendant presque mille ans. Ce n’est qu’en 1453 après la conquête de la ville par le sultan ottoman Mehmed II qu’elle fut transformée en mosquée.

Les mosaïques chrétiennes furent alors recouvertes de plâtre. C’est aussi à cette époque que furent ajouté les quatre minarets. A l'intérieur les panneaux de bois portent les noms de Mahomet et des quatre premiers califes en caractères arabes.

Mosquée pendant cinq siècles, elle devint musée en 1934 grâce au premier président de la République turque, Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne.

Une nouvelle vie pour Sainte Sophie

La nouvelle reconversion de ce symbole politique et joker d’un président en perte de vitesse nostalgique de l’empire ottoman, a provoqué un tollé international en particulier dans les pays orthodoxes comme la Russie et la Grèce. À son tour, a l’issue de la messe dominicale au Vatican, le pape François a lancé ses quelques mots à propos de la décision turque : "Ma pensée va à Istanbul, je pense à Sainte-Sophie.

Je suis très affligé". Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué du ministre des affaires étrangères, quant à lui estime que "ces décisions remettent en cause l’un des actes les plus symboliques de la Turquie moderne et laïque".

La transformation du statut de l’édifice, à quelques jours des commémorations de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, est accueillie comme une "victoire de l’appel à la prière contre le son des cloches" dans les milieux islamo-nationalistes s’opposant à l’occidentalisation du pays.

Par ailleurs des millions de Turcs laïcs pleurent cette décision, même si leur voix n’est pas entendue.

Le président turc a indiqué que les portes resteraient ouvertes à tous, musulmans ou non. (Sainte-Sophie reçoit plus de trois millions de touristes chaque année.) La première prière à la mosquée de Sainte-Sophie est annoncée pour le vendredi 24 juillet.

Ne manquez pas notre page Facebook!