Pour les adeptes des sports de combat et surtout du MMA, le nom de Ciryl Gane vous dit certainement quelque-chose. Pour les autres, prenez le temps de découvrir l’athlète et surtout l’homme. A dix jours de son premier combat en Main Event (entendez combat star de la soirée ufc) à Las Vegas contre Jairzinho Rozenstruik, il m’a accordé, posé et en toute simplicité, un entretien riche en enseignements en direct de son hôtel dans le Nevada.

5 ans de sports de combat et déjà au sommet

Cela fait 4 jours que Ciryl Gane est à Las Vegas où aura lieu le combat que tout le monde attend le 27 février, et il se sent serein : ‘’Je me sens bien, je me suis bien adapté au décalage horaire.

Dans 10 jours, c’est le combat le plus important de ma carrière, mon premier combat vedette donc c’est vraiment quelque chose mais je me sens archi détendu’’. L’homme, qui a 30 ans, a connu une ascension fulgurante. Alors qu’il a commencé les sports de combat depuis seulement cinq ans, le voilà déjà dans les hautes sphères du MMA et de l’UFC, toujours invaincu qui plus est : ‘’On est sur la 6e année, ça va super vite, j’ai fait trois ans de Muay Thai, je suis dans ma troisième année de MMA, on est déjà sur le top 5 mondial, je vais combattre le numéro 3. Cela fait bizarre. C’est surtout quand je parle avec des habitués que je me rends compte que c’est assez particulier’’. Connaissant un peu mon interlocuteur, je savais que Ciryl était une personne assez tranquille, parfois "je-m’en-foutiste" (il ne connaissait pas trop le système avant son entrée dans l’UFC, ni les combattants…).

Je voulais savoir si, en fait, ce n’était pas là sa force : ‘’Je pense que oui avec un peu de recul. Je suis détaché de la chose. Je ne sais pas si c’est dû au fait que je suis jeune dans ce sport. A la fin des combats, je suis content mais je passe vite à la suite. Je ne me dis pas que j’ai gagné un ancien champion UFC par exemple.

J’ai été vite mis dans le bain donc je n’ai pas pu idolâtrer des champions. C’est comme si j’étais spectateur de ma propre carrière’’.

Ciryl Gane, loin des clichés des sports de combat

A part le fait que Ciryl Gane s’exprime très bien et donne de l’importance aux mots, sa vision des choses et de la vie en général est loin des préjugés qu’on peut avoir des sportifs qui font des sports de combat.

Bien entendu, il a le physique que ce sport nécessite du haut de son mètre quatre-vingt-seize et ses 112 kilos, mais il n’a pas l’arrogance de certains et son quotidien en dit beaucoup sur l’homme : ‘’Il y a beaucoup d’entrainements et il y a aussi beaucoup de PlayStation (rires) mais aussi ma femme et ma fille. Mon quotidien c’est ça. Quand je peux, je me repose quand même un peu. On a de la chance par rapport à ma vie d’avant où je travaillais la semaine mais aussi le week-end. Là, j’ai plus de temps’’. Le spectacle, lui, il le fait dans la cage et pas trop avant ni après, même en cas de victoire. C’est certainement aussi la raison de ses résultats et de sa progression hors du commun.

L'entretien en entier et en vidéo :

Ne manquez pas notre page Facebook!