Hier dimanche 28 Janvier, avaient lieu les premiers tours de deux élections législatives partielles, après l'invalidation de ces scrutins en 2017 par le Conseil Constitutionnel. Les résultats sont riches d'enseignements, mais les seconds tours verront les deux mêmes partis s'affronter dimanche prochain. La République en Marche et Les Républicains gardent ainsi la tête de l'affiche, pendant que le Front National, la France Insoumise et le parti Socialiste réalisent des scores qui ne leur permettent pas de rivaliser avec leurs concurrents.

Première circonscription du Territoire de Belfort

Acquise à la droite depuis 2002, la première circonscription du Territoire de Belfort verra s'affronter, au second tour, le candidat sortant Les Républicains Ian Boucard, dont l'élection de 2017 a été invalidée, et Christophe Grudler, représentant de La République en Marche et du MoDem.

En Juin dernier, les deux hommes étaient déjà face à face, mais le candidat de droite l'avait finalement emporté avec 279 voix d'avance. Cependant, son concurrent avait ensuite saisi le Conseil Constitutionnel, en accusant son rival d'avoir distribué, entre les deux tours, de faux tracts du Front National et de la France Insoumise appelant à voter pour lui. Les Sages ont donné raison à Christophe Grudler, qui a néanmoins perdu des plumes en l'espace de sept mois.

En effet, après avoir recueilli 31,8% des voix en Juin, il a réalisé le score de 26,5% hier. La tendance est inversée chez son concurrent de droite, qui bondit de 23,7% en Juin à 38,8% ce dimanche, soit un gain de plus de 15 points, malgré une faible participation. Seulement 29,5% des électeurs se sont déplacés.

Derrière eux, les autres candidats n'ont pas pu rivaliser.

La France Insoumise, soutenue par le parti Communiste et le Mouvement Républicain et Citoyen, est troisième avec 11,6% des voix, mais perd elle aussi un peu de terrain. Quant au parti Socialiste, il disparaît pratiquement du paysage politique local, en passant de 9,1% en Juin dernier à... 2,6% hier !

Enfin, ce scrutin était également l'occasion de voir deux formations d'extrême-droite s'affronter pour la première fois : le Front National de Marine Le Pen, et Les Patriotes de Florian Philippot. Ce dernier avait quitté le FN en Septembre pour fonder son propre mouvement, qui présentait donc hier ses premiers candidats. Sa représentante, l'eurodéputée Sophie Montel, pourtant bien connue dans la région, n'a recueilli que 2% des suffrages. De son côté, Jean-Raphaël Sandri ne dépasse pas 7,5% pour le Front National, alors qu'il avait séduit 17,5% des électeurs en Juin 2017.

Première circonscription du Val-d'Oise

Dans le Val-d'Oise, on retiendra surtout le très faible taux de participation, qui ne s'élève qu'à 20,3%.

En Novembre, l'élection de la députée de La République en Marche, Isabelle Muller-Quoy, avait été invalidée par le Conseil Constitutionnel à cause de son suppléant. Ce dernier était en effet récemment président du Conseil des Prud’hommes de Cergy-Pontoise, ce qui est interdit par le code électoral, qui exige que ce type de fonction ne soit plus exercée depuis plus d'un an en cas de candidature à une élection.

En Juin dernier, pas moins de 19 candidats s'affrontaient dans cette circonscription de banlieue parisienne. Le deuxième tour avait eu lieu entre le candidat des Républicains, Antoine Savignat, et Isabelle Muller-Quoy. Cette dernière l'avait emporté avec 54,2% des voix. Hier, elle a obtenu 29,3% des suffrages au premier tour de l'élection partielle, alors qu'elle avait presque atteint 36% il y a sept mois. Là encore, la chute est lourde pour les militants macronistes. Le Premier ministre Edouard Philippe en personne doit d'ailleurs venir soutenir sa candidate sur le terrain avant le second tour de dimanche prochain. De son côté, Antoine Savignat a recueilli 23,7% des voix hier, contre 17,8% en Juin dernier, affichant une importante progression.

A la troisième place, on retrouve à nouveau La France Insoumise, dont la candidate Leïla Saïb a obtenu 11,5% des voix, en progression par rapport à 2017, tout comme le parti Socialiste, qui passe de 5,5 à 6,9%. Le Front National chute de plus de 5 points (10,1%), tandis qu'Europe-Ecologie-Les Verts bondit à 6,2% des voix et talonne désormais le PS.