Changer le regard de la société toute entière sur la condition féminine, c'est l'objectif ambitieux que s'est donné jeudi dernier le Gouvernement [VIDEO] d'Edouard Philippe à travers sa secrétaire d'Etat en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes en présentant son large plan d'action fourni d'une cinquantaine de mesures.

Se saisir de la mouvance portée par la "libération de la parole de la femme" et de son "écoute" plus palpable afin d'accélérer au maximum le train des avancées dans la question de l'égalité entre la femme et l'homme, telle est l'ambition portée par Edouard Philippe et l'ensemble de l'Exécutif depuis le début de l'année.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Et pour se faire, le chef de la majorité présidentielle n'aura pas chômé avec déjà une enveloppe de 420 millions d'euros posée sur la table.

Bien sûr, pour accompagner les dispositions inspirées par Marlène Schiappa, ce sont tous les membres du gouvernement qui devront mettre la main à la patte. En effet, de l'avis de l'ancien maire du Havre, aucun pan de la société n'est épargné et encore moins les services publics où les nominations à des postes de direction de l'Etat devront être mieux équilibrées.

La promesse est aussi donnée de porter le sujet comme une priorité à la table du G7 lors de la présidence française prévue en 2019.

Une meilleure prise en compte dès la base

«L'école» se trouvant au départ du ''processus de socialisation'' d'un individu, Édouard Philippe estime que l'Éducation a un rôle à jouer dans la disparition des préjugés sexistes. Un référent égalité se verra ainsi nommé dans chaque établissement dès la rentrée 2019. Et pour assurer la mixité des métiers, l'objectif est affiché de voir évoluer à hauteur de 40% le taux d'intégration de jeunes filles dans les cursus scientifiques au supérieur.

À côté de cela, le chef du gouvernement n'a pas manqué d'interpeller toute personne d'influence, entre professeurs et artistes, sur la nécessité de faire la promotion de la culture de l'égalité auprès de la jeunesse à travers leurs oeuvres.

Vers une société plus équitable et plus à l'écoute

Concernant le monde professionnel, Muriel Pénicaud promet elle de bousculer les usages avec le projet de réformes sociales [VIDEO] qu'elle présentera en fin avril au conseil des ministres. Fini les gros écarts de salaires injustifiés en entreprise sous peine de sanctions à hauteur de 1% de la masse salariale dès 2022. De quoi dégonfler les éventuels réfractaires. Le nombre de contrôles annuels sur la question se verra quant à lui multiplier par quatre d'ici à 2020.

Pour ce qui est des violences faites aux femmes, le gouvernement prévoit de garantir 5.000 places d'hébergement en 2018 pour d'éventuelles victimes. Des unités se verront spécialisées dans certains cas pour la prise en charge de demandeuses d'asile victimes de violences ou de traite.

Un système d'« alerte en réseau » et une plateforme de géolocalisation des hébergements d'urgence devraient également voir le jour. Mais c'est aussi tout un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles qui sera présenté le 21 mars prochain par Marlène Schiappa.

La verbalisation du harcèlement de rue et le consentement sexuel fixé à 15 ans en sont d'ailleurs des mesures notoires.