Que doit changer le Front National ? C'est en substance ce qui attend les militants et élus du FN ce week-end du côté de Lille, à l'occasion du congrès de refondation du parti. Un événement très attendu, qui intervient un peu moins d'un an près la défaite de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron lors du second tour de l'élection présidentielle. Il y a un an justement, le Front National était parvenu à se frayer un chemin jusqu'au deuxième tour de la présidentielle, et abordait l'entre deux-tours fort d'une dynamique croissante. Puis le débat et la performance désastreuse de Marine Le Pen a fait voler en éclats les rêves d'Elysée du Front National.

Malgré onze millions d'électeurs, soit un score jusque-là jamais atteint par ce parti, lors de cette échéance, le FN est ressorti affaibli de la présidentielle. Plus que le parti, c'est surtout Marine Le Pen qui a été remise en cause, elle qui a assisté aux départs de Marion Maréchal-Le Pen et de Florian Philippot, l'une pour se mettre en retrait de la vie politique et se lancer dans le monde de l'entreprise, l'autre pour lancer « Les Patriotes », son propre mouvement. Ce congrès de refondation organisé par le Front National est donc avant tout pour Marine Le Pen l'occasion de reconquérir le cœur des militants et d'affirmer sa force à la tête du FN.

Le FN devenu « adulte » selon Marine Le Pen

Que va changer le Front National ce week-end. Beaucoup de choses à en croire Marine Le Pen, invitée de France 2 pour évoquer le sujet.

Des modifications « du sol au plafond », selon le présidente du FN. Le parti va d'abord écouter ses militants et aborder l'ensemble des sujets majeurs. Que pense le parti sur l'Europe ? L'immigration ? Les sujets de société ? Autant de questions qui seront abordées afin de déterminer une position claire en vue des prochaines échéances. En donnant la parole à ses militants, il est ainsi probable que le Front National prenne un virage moins « social-démocrate » que sous l'influence de Florian Philippot. La question des statuts du FN sera également abordée. Ceux-ci dataient de près de cinquante ans, au moment de la création du parti. Forcément, Marine Le Pen souhaite faire entrer son parti dans la modernité, et de son propre aveux, « faire passer le FN d'une culture d'opposition à une culture de gouvernement ». C'est dit : le Front National veut se préparer à accéder au pouvoir. Une préparation qui débute ce week-end du côté de Lille, au sein d'une région dans laquelle Marine Le Pen a été élue en tant que députée.

Jean-Marie Le Pen opposé au changement de nom du FN

Mais le principal changement rencontré par le Front National ce week-end sera son changement de nom. La nouvelle appellation du parti sera proposée par Marine Le Pen ce dimanche. Pour elle, le parti est devenu « adulte » et doit donc changer. Le FN « doit acquérir la culture des alliances, acquérir la culture d’un parti de gouvernement. Et changer le nom c’est une des manières de le faire savoir », a assurée la finaliste de la dernière présidentielle sur France 2. Pour beaucoup de militants et de sympathisants, le Front National risque de perdre son identité. Opposé à ce changement de non, Jean-Marie Le Pen voit la perte d'une image de marque. Le leader historique du parti ne sera d'ailleurs pas présent lors de ce congrès de refondation. « Cette annonce faite entre deux portes est contredite par toutes les sources internes qui, depuis des semaines, font au contraire état de l'attachement de la base à l'étiquette FN », a indiqué Jean-Marie Le Pen, dans un communiqué, à propos du changement de nom du parti. La refondation du Front National ne fait visiblement pas que des heureux...