La grande nouvelle a été officialisée hier par l’INSEE : le déficit français est inférieur à 3% du PIB [VIDEO], une première depuis le début de la crise en 2008, où il avait chuté à 7,5% du PIB. Une première aussi depuis la signature du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) en 2012. Ce dernier a contraint tous les Etats européens signataires, dont la France faisait partie, à connaître annuellement un #Déficit structurel inférieur à 0,5% de son PIB, un déficit conjoncturel inférieur à 3% du PIB et une #dette publique inférieure à 60%.

Un des objectifs semble donc atteint aujourd’hui, et ce malgré le scepticisme marqué de la Cour des comptes dans ses récents rapports.

Didier Migaud, premier président de la haute juridiction financière le rappelait encore en début d’année, la conjoncture actuelle «ne doit pas faire illusion». La France a atteint son objectif certes, mais elle doit surtout remercier la reprise de l’activité économique sur son territoire et avec elle une entrée plus conséquentes de recettes, et non ses mesures de freinage de la dépense publique.

Les bons résultats du déficit français éclipsent la dette !

La bonne nouvelle annoncée hier ne doit pas éclipser l’autre grand objectif du TSCG : la maitrise de la dette. En 2017, elle a atteint 97% du PIB, soit plus de 2 200 milliards d’euros. L’article 4 du TSCG de 2012 engageait les Etats signataires dont la dette est supérieure à 60% de leur PIB à la réduire d’un vingtième par an, pour logiquement revenir à 60% en 20 annualités.

En 2012 la dette avoisinait les 80% du PIB. Elle est aujourd’hui de 97% (plus de 2 200 milliards d’euros). A cause d’un déficit récurent, l’Etat a du systématiquement recourir à l’emprunt pour combler l’écart entre ses dépenses et ses recettes, particulièrement dans la période post-crise.

Si l’objectif de la réduction d’un vingtième annuel n’est pas contraignant dans ses moyens, il l’est dans son résultat. Il reste donc 15 ans à la France maitriser sa dette, et ce avec un déficit persistent (Bruno Le Maire le rappelait, «un déficit reste un déficit» [VIDEO]) et une conjoncture économique globale fragile.

Comment maintenir le déficit sous les 3% ?

Pour ne plus être soumis à la procédure de déficit excessif, un Etat doit connaître un déficit inférieur à 3% du PIB deux années consécutives. Le prochain enjeu du gouvernement sera donc d’au moins maintenir ce déficit. Il dispose certes d’une petite marge (le déficit étant aujourd’hui de 2,6%), mais une inversion de la courbe serait considéré comme un échec.

Enfin, Didier Migaud rappelle que «même avec un déficit ramené sous la barre des 3%, la France continue de présenter une situation financière plus dégradée que celle de la quasi-totalité de ses partenaires de la zone euro». Les différentes exonérations fiscales mises en place pour relancer l’activité n’ont pas eu l’effet escompté (CICE, PSR...), le chômage reste très élevé (9,2% fin 2017), la population est de plus en plus pauvre (8,9 millions de Français vivent avec moins de 60% du revenu médian selon l’INSEE en 2015) et dépendante (plus d’un million de personnes âgées ne peuvent subvenir elles-mêmes à leurs besoins).

Le gouvernement doit donc aujourd’hui simultanément assainir ses #Finances publiques et trouver des réponses, souvent financières, à des problématiques sociales croissantes. Le redressement progressif du déficit n’est en rien une fin en soi. La première étape est franchie mais la course n’est pas encore gagnée.