Hier dimanche, alors que le Premier ministre Edouard Philippe annonçait les principales lignes du budget de l'Etat en 2019, le président du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, effectuait sa rentrée politique en Haute-Loire devant 1.500 soutiens venus gravir avec lui le Mont Mézenc, une tradition annuelle pour le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Malgré de mauvais scores dans les sondages, le chef du principal parti de droite espère profiter de la baisse de la popularité d'Emmanuel Macron pour positionner ses idées comme une alternative.

Publicité

Au cours de son discours de rentrée, Laurent Wauquiez n'a d'ailleurs pas hésité à énumérer les premiers échecs du président de la République depuis son élection en 2017 : "Le pouvoir d’achat n’a pas progressé, l’insécurité n’a pas reculé, la bureaucratie n’a pas été réduite, l’immigration massive n’a pas été arrêtée, l’islamisme n’a pas été endigué", a-t-il déclaré, gardant ainsi le cap à droite afin de séduire les électeurs du Rassemblement National de Marine Le Pen.

Laurent Wauquiez a également insisté sur les nombreux impôts et taxes qui pèsent sur les revenus des Français, et a annoncé que la lutte contre "l'immigration de masse" serait certainement l'un des thèmes majeurs des élections européennes, qui auront lieu le 26 Mai 2019.