Pour Marine Le Pen, c'est ''non''. La présidente du parti du Rassemblement national était l'invitée d'Europe 1 ce vendredi matin. Elle en a profité pour répondre à son père, qui brigue une présence sur la liste RN en vue des prochaines élections européennes. ''J’ai dit que je ne referai pas de politique avec Jean-Marie Le Pen'', a ajouté la finaliste de la dernière élection présidentielle.

Un message qui a le mérite d'être clair.

Publicité
Publicité

La semaine dernière, dans son journal de bord hebdomadaire, Jean-Marie Le Pen avait assuré qu'il aimerait figurer sur la liste du Rassemblement national en vue des élections européennes de 2019. Député européen, l'expérimenté homme politique espérait ainsi être en mesure de conserver son mandat. Finalement, il semble bien que Jean-Marie Le Pen va devoir se débrouiller sans le soutien de sa fille.

Marine Le Pen reste ferme sur ses positions

Le finaliste de l'élection présidentielle de 2002 avait émis certaines conditions à sa présence sur la liste RN.

Publicité

Il espérait notamment que Bruno Gollnisch, son ancien bras-droit, soit tête de liste. Or Marine Le Pen aurait une autre idée en tête, puisque c'est Louis Alliot, son compagnon, qui serait le grand favori pour occuper cette position de tête de liste.

Le rejet politique de son père était une évidence pour Marine Le Pen. La président du Rassemblement national entend en effet rassembler à droite et à l'extrême droite. La présence de son père sur la liste pour les européennes aurait été un frein certain pour de nombreux alliés potentiels.

En tournant la page FN, le RN peut espérer nouer plus d'alliances en vue de 2019, mais aussi des municipales en 2020.

Le Rassemblement national crédité de 21%

Le Rassemblement national est d'ailleurs l'un des grands favoris des prochaines élections européennes. Selon le dernier sondage Odoxa, le parti de Marine Le Pen est crédité de 21%, juste derrière La République en Marche (21,5%) et loin devant Les Républicains (14%) et La France insoumise (12,5%).

Avec Debout la France, ancien allié, à 6%, le RN peut donc espérer passer en tête d'ici le printemps 2019.

De son côté, Jean-Marie Le Pen espère toujours bénéficier d'un nouveau mandat au Parlement européen. Malgré ses 90 ans, l'homme politique semble toujours aussi motivé, lui qui avait affiché l'envie de devenir le doyen de l'institution européenne installée à Strasbourg. Sans le soutien du Rassemblement national, cela semble désormais compliqué.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite