Publicité
Publicité

La France a rappelé son ambassadeur en Italie pour des entretiens jeudi, affirmant que la situation était "sans précédente" depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cela intervient après que le vice-Premier ministre italien, Luigi Di Maio, ait rencontré mardi "les gilets-jaunes" près de Paris. La France l'a averti de ne pas s'immiscer dans la politique du pays. Le conflit entre les deux pays membres fondateurs de l'UE s'intensifie depuis que le Mouvement populiste cinq étoiles italien et le parti de droite de la Ligue ont formé un gouvernement de coalition en juin 2018. Les deux gouvernements se sont affrontés sur diverses questions, notamment l'immigration.

Di Maio rencontre les gilets jaunes

La dernière recrudescence a eu lieu après que M.

Publicité

Di Maio, le dirigeant du Five Star Movement, a rencontré mardi les dirigeants des manifestations anti-gouvernementales "gilets jaunes". Il a posté une photo de lui-même sur Twitter avec le chef des gilet jaunes, Christophe Chalençon, et d'autres membres du même mouvement.

Des tensions entre la France et l'Italie !

Une grande partie de la tension entre la France et l'Italie a été causée par la migration.

Publicité

Lorsque la France a reproché à l'Italie de ne pas autoriser les bateaux de sauvetage transportant des migrants en Méditerranée à accoster, l'Italie a répondu en accusant la France elle-même de refuser d'accepter des migrants. L'Italie dit que la France a renvoyé des migrants à la frontière nord du pays.

En janvier, la France a convoqué l'ambassadeur d'Italie après que M. Di Maio a déclaré que Paris est toujours 'colonisante' de dizaines de pays africains.

Les gilets jaunes et la naissance d'un mouvement révolutionnaire

Les manifestants ont commencé à descendre dans les rues en novembre, sous le choc des augmentations des taxes sur l'essence. Ils ont affirmé que ces mesures avaient été préjudiciables à ceux qui vivaient dans des régions isolées et qui dépendent de leurs véhicules.

Publicité

Mais depuis leurs premières marches, le gouvernement a ensuite renversé les taxes sur le carburant et leurs revendications se sont élargies pour augmenter le pouvoir d'achat des gens et permettre des référendums populaires. M. Di Maio pousse toujours les manifestants à ne pas abandonner et il promet de leur donner le soutien dont ils ont besoin. Entre la France et l'Italie, les tensions ne sont donc pas prêtes de s'apaiser...