Face au risque de relâchement vis-à-vis des mesures de confinement entrées en vigueur en France le 16 mars dernier, Anne Hidalgo a décidé de prendre quelques initiatives. La mairie de Paris a en effet annoncé ce mardi avoir pris un arrêté avec la préfecture de police de la capitale afin de concentrer en horaires décalées les activités de jogging pratiquées en nombre par les Parisiens ces derniers jours. Objectif affiché, "éviter que trop de gens se croisent" dans les rues alors que les autorités redoutent une recrudescence des cas de Covid-19.

Pas de complaisance face à la crise

C'est par voie de communiqué que l’interdiction de "toute activité sportive individuelle" a été actée, elle qui devrait prendre effet tous les jours à Paris dès ce mercredi 8 avril et jusqu'à nouvel ordre, entre 10 et 19 heures.

Mais, comme a tenu à le préciser sur Twitter le premier adjoint à la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, les "promeneurs" parisiens ne sont pas visés par cet arrêté. L'hôtel de ville de la capitale entend ainsi montrer l'exemple suite aux appels successifs du gouvernement de ne surtout pas relâcher la vigilance dans la lutte contre la pandémie de Coronavirus.

Pour rappel, l'exécutif avait déjà du recourir à un durcissement des règles de confinement en fin mars, face à une certaine indiscipline des Français. Ainsi, pour ce qui est d'aller se dégourdir les jambes hors de chez soi, les déplacements avaient été limités au maximum à une heure et cela dans un rayon allant tout juste à un kilomètre.

Seul problème, l'activité sportive a clairement explosé dans l'Hexagone depuis la mise en place du confinement et elle se présente, selon l'avis d'Anne Hidalgo, comme un puissant vecteur de contaminations.

Continuer à limiter les possibilités de contact

Alors, pour donner le temps au confinement de faire ses preuves, la maire socialiste y est allée fort avec l'arrêté annoncé ce mardi 7 avril au micro de France info.

L'ambition est ici, avec le préfet Didier Lallement, d'éviter d'avoir une foule de personnes qui se croisent dans les rues sans que les mesures de distanciation physique ne soient strictement respectées. Une décision difficile que la candidate à sa propre succession assume, même si elle reconnaît toutefois que l'exercice peut se révéler particulièrement précieux par ces temps de crise.

Pour justifier son choix, Mme Hidalgo note qu'il est important de limiter les déplacements, puisqu'en journée certains font leurs courses ou vont travailler. Ils seraient donc idéal de ne pas avoir des croisements potentiellement risqués, avec des points où des files continues de coureurs ont pu être observées à Paris ce week-end. En parallèle, ce sont quelques 2 millions de masques en tissu qui devraient très bientôt être distribués aux Parisiens, un geste désormais encouragé par le ministère de la Santé qui y voit une nouvelle barrière contre la propagation du virus.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!