Publicité
Publicité

Finie l'époque de l'industrie décrite par Emile Zola, place à l'industrie du futur, celle qui est connectée à internet et apte à renouveler les défis du XXIème siècle ! C'est le message que veut diffuser la French Fab, un réseau d'industriels créé le 2 octobre 2017 par Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances d'Emmanuel Macron. Cet écosystème se donne trois objectifs : faire rayonner l'industrie française, attirer les jeunes talents vers les métiers de l'industrie et diffuser les technologies de l'industrie du futur.

Un tour de France pour aller à la rencontre des jeunes

Afin de diffuser son message, la French Fab a lancé depuis janvier le French Fab Tour. Ce tour de France consiste à aller à la rencontre des jeunes pour leur présenter une image moderne du monde industriel.

Publicité

Et il y a du travail ! Effectivement, le monde industriel souffre d’une mauvaise image au sein des jeunes générations : délocalisation, secteur dépassé, fonctionnement de travail qui ne correspond pas à leurs attentes... Cependant, des véritables évolutions ont eu lieu et de nombreuses startups adoptent les nouvelles technologies : impression 3D (fabrication additive), GMAO, intelligence artificielle, réalité virtuelle... Certains acteurs de ce milieu considèrent cette nouveauté comme la quatrième révolution industrielle, c'est à dire, la numérisation des usines via l'internet des objets (IdO). Avec ce tour de France qui visitera toutes les régions, les principaux acteurs du French Fab espèrent remédier au manque de candidatures pour les nombreux postes existants.

Publicité

En effet, depuis la crise de 2008, la France n'a pas mis en place les formations nécessaires pour accompagner les évolutions industrielles et on se retrouve avec plus de postes que de candidats.

Vers une réindustrialisation massive de la France ?

Cette quatrième révolution industrielle est effectivement une bonne nouvelle pour mettre en place un nouveau tissu industriel dans l’Hexagone. Cependant, il faut rappeler que les nouveaux métiers liés à la numérisation du monde industriel demandent de véritables compétences et ne sont pas accessibles à tous. Si nous prenons l'exemple de la fabrication additive (impression 3D) il est nécessaire de posséder des véritables connaissances en informatique et en micro technologie.

Publicité

On est loin d'un retour des emplois ouverts à tous et dont la qualification importe peu. Au contraire, les premiers acteurs de ce renouvellement industriel français seront ceux qui maîtriseront ces nouvelles technologies.