Hier, dans le quartier de la Grande Borne à Grigny (Essonne), deux jeunes ont été tués par balle lors d'une fusillade mortelle suite à un affrontement. Après les violences policières qu'avaient connu la ville en octobre 2016, la sécurité a été renforcée dans la cité sensible, les habitants se disent lassés face à la violence de la ville. La mairie veut pourtant toujours croire aux effets positifs produits par les mesures prises ces dernières années.

"On m’associe aux délinquants"

Même si les habitants du quartier de la Grande-Borne constatent une amélioration dans un environnement plus clair et plus propre, les événements d'hier ont réveillé la colère de ces derniers souvent associés à la délinquance.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Mode

Au micro de FranceInfo, une jeune habitante de la grande Borne avoue : "J’en ai marre de dire que j’habite à la Grande Borne. On m’associe aux délinquants, alors que je n‘en suis pas une !"

Quant au maire de la ville, il a déclaré sur la même radio : "Les événements du jour nous démontrent qu’il y a toujours une extrême fragilité à Grigny. Et en même temps, nous pouvons nous reposer sur des acquis, même si aujourd’hui, c’est très dur !"

Du côté de la Police, les syndicats réclament entre 100 et 150 fonctionnaires supplémentaires sur le département.

Quant aux habitants, ce qu'ils souhaitent surtout c'est du travail ! Rappelons que le taux de Chômage des 15-24 ans du quartier est de 40%.