Au lendemain du réveillon du 31 décembre 2017, le ministère de l'Intérieur communiquait les chiffres de cette nuit souvent éprouvante pour les très nombreuses forces de sécurité du pays. Comme nous vous l'avions indiqué [VIDEO], ce sont plus de 140 000 policiers, gendarmes, militaires de l'opération "Sentinelle" et sapeurs-pompiers qui étaient mobilisés sur tout le territoire jusqu'au petit matin, pour veiller sur les millions de Français qui étaient soit dans les rues, soit sur les routes. Sans être dramatiques ni mortels, les incidents ont été dans l'ensemble plus nombreux que l'année dernière. Il est difficile de savoir si cela est dû à une recrudescence de la violence ou à une plus grande répression.

Gérard Collomb salue ses troupes

La grande majorité des Français étaient d'humeur festive, et c'est tant mieux. Mais comme chaque année, certains étaient déterminés à nuire, ou à célébrer l'arrivée de la nouvelle année "à leur manière", dira-t-on.

Dans la nuit du 31 décembre 2017 au 1er janvier 2018, le ministère de l'Intérieur a rapporté que 1031 véhicules ont été incendiés [VIDEO]. L'an dernier, on avait pu en dénombrer 935. Si la hausse est significative, certaines récentes années avaient été pires. 1193 furent brûlés en 2012, 1067 en 2013.

Au niveau humain cette fois, les forces de l'ordre ont procédé à 510 interpellations sur tout le territoire, contre 454 pour la saint-sylvestre 2016. Le nombre de gardes à vue est lui aussi en hausse : 349 en 2017, contre 301 en 2016.

Ce 1er janvier 2018, le ministre Gérard Collomb a tenu à rendre hommage aux personnes mobilisées : "C’est donc, on le voit, au quotidien que nos forces de l’ordre et nos services de sécurité sont mobilisés au service des Français. Qu’ils en soient remerciés". 8 fonctionnaires de Police et 3 militaires de la gendarmerie ont été blessés au cours de cette nuit.

Triste nuit à Champigny-sur-Marne

Les forces de l'ordre auront d'ailleurs été sacrément secouées à Champigny-sur-Marne, en région Île-de-France. Deux fonctionnaires ont été victimes de violences, véritablement pris à partie par un groupe de jeunes individus extrêmement virulents. Une femme policière a notamment été tabassée, comme on a pu -hélas- le voir dans une vidéo choc qui circule depuis sur Internet et dans les médias. Cette dernière souffre de contusions au visage. Son collègue, lui, a eu le nez cassé.

Des incidents se sont également produits à Aulnay-sous-Bois, dans le département de Seine-Saint-Denis.