Science et technologie, deux sujets si vastes et si importants que la marque Kutì Kutì a décidé de les faire découvrir aux plus petits. Cette jeune pousse s’est spécialisée dans la fabrication de kits destinés à l’exploration de phénomènes complexes pour des enfants âgés de quatre ans et plus. Le principe ? Fournir des apprentissages scientifiques aux enfants tout en les sensibilisant à différentes questions notamment à celle épineuse de l’environnement.

Finalement, l’occasion pour ces petits d’enfiler le costume d’un designer le temps d’un atelier.

Justement, c’est le métier d’origine d’une des créatrices, Pauline Arnaud, décrite comme “une bricoleuse de toujours”, et de la directrice des opérations, Anna Aflalo, passionnée par l’éducation, également co-fondatrice de Kutì Kutì. Pour nous en apprendre davantage dans le cadre du projet BlastingTalks, Anna Aflalo répond aux questions de Blasting News.

Kutì Kutì propose des jeux de fabrication pour enfants. Qu’est-ce-qui vous a poussé à vous lancer dans le domaine de l'Éducation pour enfants ?

Personnellement, l'enfance a toujours été une période de la vie que je trouve fascinante. Je trouve que les enfants ont un potentiel sans limite pour tout ce qui concerne l’imaginaire mais aussi par leur capacité d’apprentissage et leur curiosité.

En travaillant sur des projets autour de l’éducation et de l’enfance à la fin de mes études, je me suis rendu compte qu’il s’agit d’un moment clé. Nous pouvons agir et participer à la construction de futurs citoyens curieux et ouverts sur le monde lors de cette période. À travers Kutì Kutì, nous pensons contribuer à cela en apportant aux enfants une nouvelle façon d’apprendre qui leur demande d'utiliser non seulement leur tête, mais aussi leurs mains.

Vous semblez être attachée à une démarche éco-responsable, selon vous c’est à l’enfance que commence l’éducation à l’environnement ?

Nos produits sont éco-conçus. Ainsi, nous prêtons une grande attention au choix des matériaux, au cycle de vie du produit. C'est-à-dire que tous nos produits sont entièrement démontables : ce qui permet aux différentes pièces de l’objet d’être récupérées et valorisées en fin de vie.

Nous avons une production locale en grande partie réalisée dans nos ateliers. En ce qui concerne l’éducation à l’environnement, il arrive que des enfants posent des questions sur la fabrication de nos produits. Nous donnons aux parents et aux éducateurs toutes les informations nécessaires pour qu’ils puissent expliquer notre démarche et répondre aux questions des enfants. À travers nos contenus, nous essayons aussi de sensibiliser les enfants à ce genre de questions qui touchent à l’environnement.

À qui s’adressent les kits, aux enfants ou aux parents ? Ou les deux ?

Nos kits s’adressent aussi bien aux parents qu’aux enfants. Nous avons pensé les activités Kutì Kutì comme un moment de complicité parents/enfants avec un design volontairement simple qui laisse place à l’imaginaire de tous.

Les kits sont disponibles pour deux tranches d'âge : les 4-6 ans et aussi pour les 7-10 ans.

Avec le confinement, le niveau scolaire des enfants a baissé selon le ministère de l’Éducation. Notamment pour les élèves issus des milieux les plus défavorisés. Vous permettez de développer des connaissances complémentaires qui pourraient aider des parents inquiets pour leur progéniture. Quelles sont-elles ?

Le contenu de nos kits se concentre sur des apprentissages scientifiques tels que l’électricité, l’optique, le système solaire et le son. Nous sommes aussi en projet de développement pour d’autres thématiques. Dans nos contenus, nous tenons compte du programme scolaire mais nous nous autorisons également beaucoup de libertés.

Nous mettons en avant l’expérience pour que les enfants comprennent des phénomènes scientifiques et technologiques qu’ils rencontrent au quotidien. Tout cela viendra renforcer les apprentissages qu’ils ont en classe, qui sont parfois plus théoriques.

À propos du confinement, comment avez-vous surmonté la crise du COVID-19 ?

Lors du premier confinement, nous sommes restées très optimistes. Nous avons proposé des ateliers quotidiennement via nos réseaux sociaux à réaliser avec les moyens du bord. L’idée était de rester en contact avec notre communauté et par la même occasion la faire grandir. Étant une jeune entreprise, nous avons profité de cette période pour tirer les enseignements de notre première année d'existence.

Nous avons pris le temps de nous organiser pour la rentrée de septembre 2020. Suite à une demande croissante de la part d’écoles et centres périscolaires, nous nous adressons non seulement aux familles mais aussi aux professionnels de l’éducation en proposant depuis quelques mois nos kits éducation. Ainsi, nous avons doublé notre clientèle au niveau des écoles partenaires pendant cette période. Également, nous en avons profité pour mettre une boutique en ligne sur notre site internet.

Votre marque propose de fédérer la famille autour d’objets pédagogiques. Avez-vous rencontré une hausse de votre activité quand les parents étaient confinés avec leurs enfants ce printemps ?

Nous avons remarqué une évolution positive de notre communauté qui a fortement grandi sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, à l’époque, nous vendions en pré-commande nos produits, ce qui fait que nous n’avions pas de stocks de produits à livrer pendant le confinement. La situation a heureusement changé depuis. Nous sommes aujourd’hui capables de répondre à cette demande pendant le deuxième confinement. Beaucoup de parents étaient à la recherche d’outils un peu moins conventionnels pour accompagner leurs enfants dans l’apprentissage.

Vous avez également une offre qui s’adresse aux professionnels de l’éducation, de quoi s’agit-t-il ?

Nous proposons des “kits éducation”. Dans chaque kit, on se concentre sur un apprentissage clé. Par exemple, un produit peut se concentrer sur le système scolaire, un autre sur l’électricité etc.

Dans chacun de ces kits, nous allons avoir tout le matériel nécessaire à l’animation de trois heures d’ateliers pour un nombre d’enfants assez flexible. Avec un déroulé pédagogique complet et illustré pour les éducateurs, des posters interactifs sont aussi délivrés pour que les enfants gardent une trace de leurs apprentissages. Toutes les constructions qui sont fournies dans ce kit sont démontables, ce qui laisse un large choix à nos clients.

Les enfants se retrouvent de plus en plus face à des images effroyables à la télévision et selon les âges également sur les réseaux sociaux, il est temps de déconnecter les plus petits selon vous ?

Nous partons du principe que le numérique est ancré dans nos sociétés, nous refusons de le diaboliser.

Il y a du contenu de qualité adapté aux enfants, en revanche de nombreuses études s’accordent pour affirmer que la consommation d’écran des plus petits doit être mesurée et qu’elle peut être nocive. Ainsi, ce que nous recommandons c’est que la consommation d’écran à partir de 4 ans soit limitée et réfléchie pour qu’elle reste sans danger.

L’important est de ne pas laisser l’enfant dans un état de passivité face à un contenu qui s’impose à lui, de continuer de le stimuler grâce à des contenus interactifs. Ces activités contrôlées sur écran doivent venir compléter des contenus qui s’inscrivent dans le monde physique comme ceux que nous proposons chez Kutì Kutì.

Le choix des contenus est clé pour favoriser le développement cognitif, moteur et créatif de l’enfant.

Comment voyez-vous cette nouvelle année 2021, avez-vous déjà de nouvelles perspectives ?

Nous avons décidé de rester optimistes par rapport au développement de notre activité. Elle a certainement été ralentie face à la COVID-19 mais les chiffres restent encourageants.

Cependant, nous avons hâte de débuter cette nouvelle année. Une gamme de produits commence à être assez fournie, ce qui facilite la mise en vente de nos kits. Tout au long de l’année 2021, nous allons continuer de développer de nouveaux contenus et nous comptons agrandir notre équipe prochainement. Enfin, un des gros challenges qui nous anime en ce moment c’est l’optimisation de notre système de production qui se fait localement.

Suivez la page BlastingTalks
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!