Après plusieurs mois de recherche pour lutter contre la Covid-19, deux vaccins vont enfin voir le jour dès les premiers jours de 2021. Les laboratoires américains Pfizer et allemand BioNTech viennent de dévoiler l’efficacité de leur vaccin à 95 %, après avoir fait des tests sur plus de 170 malades, lors d’un essai clinique à la phase 3.

Par ailleurs, la société américaine Moderna a partagé lundi 16 novembre, les résultats de son vaccin efficace à 94,5%.

Dès que ce vaccins seront autorisés à être commercialisés sur le marché, les pays européens seront parmi les premiers à en bénéficier, y compris la France.

Mais comment le pays se prépare-t-il à cette longue campagne de vaccination ?

1,5 milliard d’euros débloqués pour 2021

Pour se préparer à la campagne et à l’achat des vaccins contre la Covid-19, la France sera prête à débloquer 1,5 milliard d’euros pour 2021. Dès la mise sur le marché de ces substances par les autorités de santé européennes et nationales, le gouvernement ferait une commande de 90 millions de doses qui permettraient d’injecter jusqu’à 45 millions de Français.

Mais il faut déterminer les populations prioritaires parce que tous les Français ne pourront pas être vaccinés en une seule fois. En plus, la production des doses ne se fait pas en un bloc, mais de manière progressive. D’après la Haute Autorité de santé , ce sont les personnels soignants qui s’exposent davantage au risque de contamination qui seront priorisés.

C’est également le cas des gens vulnérables comme les personnes âgées et obèses et celles qui souffrent de maladies chroniques.

Une sensibilisation pertinente et une préparation sûre pour mieux convaincre les Français

Beaucoup de Français se montrent encore frileux à l’idée de se faire vacciner contre la Covid-19.

D’après plusieurs sondages, un Français sur deux ne souhaite pas faire ce vaccin par peur de son efficacité et de ses conséquences sur la santé, relaie Les Echos. D’autres attendent plus d’explications rassurantes de la part des autorités et des médecins avant d’y adhérer. L’étude menée par Ipsos sur 15 pays montre que le taux de consentement au vaccin reste encore la plus basse en France.

D’où l’importance d’une sensibilisation convaincante avant la période de vaccination.

L’État s’y prépare déjà pour que tout soit prêt dès que les vaccins seront disponibles. Pour réussir à relever le défi, l’État compte sur l’aide des professionnels de santé pour réaliser le vaccin contre la Covid-19 et pour donner confiance aux particuliers.

Les responsables sont, d’ailleurs, en train de préparer des endroits sécurisés, fonctionnels et spacieux pour bien conserver ces produits de santé et pour permettre aux personnels médicaux de travailler sans encombre.

Une conservation bien pensée déjà dans le programme

La France se prépare également à la conservation de ces vaccins parce qu’il faut des congélateurs de grande taille pour bien les mettre à l’abri.

Selon les laboratoires Pfizer et BioNTech, la conservation de leur vaccin nécessite une température à moins de 70 °C. Il faut donc s’équiper des congélateurs de qualité et spécifiques pour assurer une condition de stockage sans faille. Le gouvernement s’est déjà investi dans l’achat de 50 super-congélateurs. Ces derniers embarquent les dernières innovations technologiques comme le système d’alarme. Mais c’est un investissement de grande envergure parce qu’un seul équipement s’achète de 6 000 à 12 000 euros.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!