Depuis sa création en 2001, AB Science s'est spécialisée dans la recherche, le développement et la commercialisation de médicaments utilisés dans le traitement des tumeurs cancéreuses, des maladies inflammatoires et des maladies neurogénératives. Si le principal médicament d'AB Science, le Masitinib, est à l’origine d’un fort espoir dans la maladie d'Alzheimer, il envoie également de très bons signaux en ce qui concerne la lutte contre la COVID-19.

Cette société, dont la capitalisation boursière dépassait 526 millions d'euros en octobre 2020, cherche constamment à entreprendre de nouvelles prouesses thérapeutiques.

La parole a été donnée au PDG d'AB Science Alain Moussy, pour évoquer cette innovation française dans le cadre de notre projet BlastingTalks, qui consiste à se concentrer sur les défis auxquels les entreprises sont confrontées à cette époque de transition vers le monde numérique et au cours d’une crise sanitaire sans précédent.

AB Science développe de nouveaux médicaments pour traiter des maladies à fort besoin médical telles que les maladies inflammatoires, les affections du système nerveux périphérique et central et les cancers. Vos traitements pourraient-ils également aider à combattre la COVID-19?

Absolument, en fait, nous avons découvert que le Masitinib possède un double potentiel. Notre produit est ainsi capable de traiter des patients gravement malades atteints de la COVID-19 tout en prévenant les complications potentiellement mortelles associées à la maladie.

Toutefois, il agit également comme un agent antiviral direct en bloquant l’activité enzymatique cruciale pour l'infection et la reproduction de la COVID-19.

De nombreux patients atteints de COVID-19 modéré et sévère développent une « tempête de cytokines » qui entraîne une inflammation pulmonaire sévère et plusieurs événements thrombotiques associés au syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) pouvant entraîner potentiellement la mort.

L'association du Masitinib à l’Isoquercétine, qui a démontré un effet synergique contre les cellules sénescentes, pourrait empêcher le développement de ces deux complications graves. Sur cette base, nous avons lancé une étude de phase 2 évaluant le Masitinib associé à l'Isoquercétine chez des patients hospitalisés atteints de COVID-19 modéré et sévère.

En parallèle, des scientifiques de l'Université de Chicago ont mené une étude préclinique comparant 1 900 médicaments pour déterminer lesquels pourraient effectivement inhiber la réplication virale.

Parmi tous ces candidats, le Masitinib s’est particulièrement distingué et les auteurs de l'étude en ont conclu que les propriétés antivirales et anti-inflammatoires du Masitinib pourraient faire du médicament un candidat clinique solide pour le traitement de la COVID-19. Les recherches de l’Université de Chicago se concentrent désormais sur la démonstration de l’action antivirale du Masitinib dans des modèles animaux, ce qui constituerait une avancée majeure.

Comment AB Science a-t-elle réagi à la crise du COVID-19 ?

Notre priorité a été d'assurer le bien-être de nos équipes, de nous assurer que l'intégrité des données de nos différents programmes ne soit pas affectée et de travailler en étroite collaboration avec nos organismes de recherche sous contrat pour assurer la sécurité des patients qui participaient encore aux études.

Heureusement, il y a eu très peu d'impact sur notre programme global de développement clinique car à ce moment-là, de nombreuses études venaient d'être terminées et de nouvelles études de confirmation n'étaient pas encore lancées. Les retards dans la lecture des données et le début du recrutement de nouveaux patients ont été limités à quelques mois seulement.

Dans un second temps, nous avons étudié les données partagées par des scientifiques du monde entier sur cette nouvelle maladie et il est vite devenu évident qu'AB Science pouvait contribuer à l'effort mondial de lutte contre la COVID-19.

Cela a conduit au lancement d’un programme clinique pour l’évaluation du Masitinib dans le traitement antiviral de la COVID-19 et à des collaborations de recherche pour élucider les propriétés antivirales du Masitinib.

Vous avez récemment présenté des résultats encourageants dans la recherche contre la maladie d'Alzheimer. Pouvez-vous décrire comment votre technologie combat réellement cette maladie?

Le bénéfice thérapeutique potentiel du Masitinib dans la maladie d'Alzheimer est possiblement lié à deux mécanismes d'action différents : le rôle des cellules immunitaires innées (mastocytes et microglies) dans la neuroinflammation et la régulation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique; et l'inhibition de la protéine kinase Fyn, impliquée dans la signalisation amyloïde-bêta et la phosphorylation de la protéine tau.

On estime qu'il y a 35 millions de cas de maladie d'Alzheimer dans le monde. Aujourd'hui, il n'existe aucun traitement qui puisse guérir ou améliorer la vie des personnes atteintes de cette maladie.

Quelle est votre position sur ce désert médical?

Il existe un immense besoin de traitements susceptibles d'améliorer la qualité de vie et de ralentir, voire d'arrêter, le processus de la maladie à un stade précoce.

Aux États-Unis, la maladie d'Alzheimer touche 5,8 millions de patients et on enregistre 1 million de nouveaux cas chaque année. En France, il y a 900 000 patients et 225 000 nouveaux cas chaque année. Il y a environ 35 millions de cas dans le monde à l’heure actuelle et avec une population vieillissante, le nombre de cas augmentera encore dans les années à venir. Sur la base des résultats de notre récente étude positive dans la maladie d'Alzheimer, nous allons lancer une étude de confirmation avec un critère de recrutement de patients afin de cibler une population qui peut bénéficier au mieux du Masitinib.

Étant donné que des décennies d'efforts de recherche et de développement n'ont pas abouti à un nouveau traitement efficace pour cette maladie, il existe un véritable besoin d’une approche innovante. Le mécanisme du Masitinib est nouveau par sa capacité à cibler le système immunitaire inné via les mastocytes et les microglies.

Outre les résultats du Masitinib dans la maladie d'Alzheimer, nous pouvons également conclure des preuves supplémentaires de son efficacité dans 3 maladies neurodégénératives. Pouvez-vous expliquer comment cela peut éventuellement aider ces patients?

Suite aux résultats du Masitinib dans la maladie d'Alzheimer, nous avons maintenant trois études de phase avancée positives dans les maladies neurodégénératives. A la maladie d’Alzheimer s’ajoutent les formes progressives de la sclérose en plaques (SEP) et la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Ces résultats cliniques, tous à la même dose, sont complétés par un corpus croissant de données pré-cliniques de nos partenaires de recherche mais aussi de laboratoires indépendants. Nous pensons qu'un mécanisme clé du Masitinib, qui permet son action dans chacune de ces maladies, est sa capacité à moduler deux types de cellules du système immunitaire inné; à savoir, les mastocytes et les microglies.

On sait que ces cellules exercent des effets profonds sur leur environnement et les cellules voisines et peuvent donc contribuer à un microenvironnement neuronal dégénératif. Le Masitinib module l'activité de ces cellules, perturbant la diaphonie mastocytes-microglies (c'est-à-dire les interactions entre les mastocytes, les cellules gliales et les neurones) et favorise un microenvironnement plus neuroprotecteur.

Les effets thérapeutiques se manifestent par une réduction des symptômes et un ralentissement de la neurodégénérescence, voire une stabilisation si les patients sont traités à un stade suffisamment précoce de la maladie, avant que des dommages irréversibles ne se produisent. Dans l'ensemble, cet ensemble de preuves soutient un argument convaincant selon lequel le Masitinib fournit une réponse réelle aux maladies neurodégénératives via un mécanisme d'action innovant qui, nous l'espérons, offrira à terme aux patients une nouvelle option de traitement indispensable.

En décembre, votre société a annoncé le succès de son augmentation de capital pour un montant total de 15 millions d'euros. Comment ces fonds seront-ils utilisés?

Ces fonds, ainsi que d'autres opérations de financement récentes, assureront le lancement de nouvelles études de confirmation.

Nous avons déjà deux études de confirmation ouvertes au recrutement dans la mastocytose et la sclérose latérale amyotrophique et nous allons en lancer d'autres dans la maladie d'Alzheimer et les formes progressives de la sclérose en plaques (SEP).

Depuis son introduction en bourse en avril 2010, votre entreprise a parcouru un long chemin. Vous semblez avoir obtenu une série de bonnes nouvelles ces dernières années, peut-on dire que votre société de biotechnologie est en très bonne forme ? Quels sont vos projets à court terme ?

À ce jour, AB Science a mené des études de phase tardive positives pour le Masitinib dans six indications: la mastocytose, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), la maladie d'Alzheimer, les formes progressives de sclérose en plaques (SEP), le cancer du pancréas et l'asthme sévère.

Pour beaucoup d’entre elles, les résultats ont été relevés en 2020.

Grâce à son mécanisme d'action innovant, le Masitinib dispose incontestablement d’un fort potentiel pour le traitement des maladies neurodégénératives et nous poursuivrons des études de confirmation dans la maladie d'Alzheimer, la SEP et la SLA. Quant à nos programmes dans le cancer du pancréas et l'asthme sévère, nous avons désormais réalisé deux études pour chacune de ces indications et demanderons aux autorités sanitaires si elles estiment que ces données sont suffisantes pour déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché. Nous obtiendrons également prochainement les résultats de l'étude sur le cancer de la prostate métastasé.

Concernant la seconde moitié de 2021, quelles sont les annonces que nous pouvons attendre d’AB Science ?

Bien que la crise du COVID-19 ait confronté notre équipe et nos programmes de développements à de nombreux défis imprévus, elle a également révélé les propriétés très intéressantes du Masitinib en tant que médicament antiviral efficace.

Nous continuerons à poursuivre cette nouvelle voie de recherche en 2021, y compris via des études de phase 2 dans la COVID-19 et via une collaboration plus poussée avec l'Université de Chicago pour démontrer les propriétés antivirales du Masitinib dans des modèles animaux.

Suivez la page BlastingTalks
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!