Tout le monde le sait, l'Espagne traverse actuellement une crise identitaire très forte. Le weekend dernier, la Catalogne a d'ailleurs organisé un référendum ayant pour but de démontrer l'envie d'indépendance des Catalans vis-à-vis de l'Espagne. Ce référendum, auquel le gouvernement espagnol est totalement opposé, s'est tenu ce dimanche, et a été l'objet de nombreuses contestations et d'une très forte répression policière, avec de nombreux débordements aux abords des bureaux de vote. Dans ces conditions, la victoire du "oui", à près de 90% tout de même, n'est une surprise pour personne, et vient simplement constater le fossé qui se creuse de plus en plus entre Barcelone et Madrid.

Ce constat a bien évidemment des répercussions sur le plan sportif, notamment au sein du FC Barcelone où de nombreux joueurs ont pris position dans ce dossier. C'est notamment le cas de Gérard Piqué, capitaine du club et Catalan convaincu, qui s'était prononcé jeudi dernier en faveur du mouvement indépendantiste. Afin de protester contre les violences policières, il avait d'ailleurs parlé, juste après la victoire de son club dimanche face à Las Palmas, du "pire moment de sa carrière". Une prise de position qui passe mal pour un cadre de la Roja, du haut de ses 94 sélections avec l'équipe nationale et vainqueur de nombreuses compétitions (deux championnats d'Europe, une Coupe du Monde).

Gérard Piqué, la fin de l'aventure avec la Roja ?

Actuellement en stage avec l'équipe nationale pour préparer les derniers matchs de qualification à la coupe du Monde 2018 en Russie, contre l'Albanie et Israël, Gérard Piqué a été bousculé assez gravement par ses supporters.

Lors de son entrée sur le terrain avec plusieurs de ses coéquipiers, parmi lesquels le buteur Rodrigo et le milieu de terrain Thiago Alcantara, le défenseur a été pris à parti, sifflé et hué par une bonne partie du public à proximité de Madrid. Des cris insupportables se sont d'ailleurs fait entendre, parmi lesquels "Piqué, bâtard, l'Espagne est ton pays" ou encore "quitte la sélection", et des pancartes hostiles ont été brandies.

Très touché par ce manque de reconnaissance, il aurait demandé une rencontre avec la fédération espagnole afin de faire le point sur ces évènements. Toujours droit dans ses bottes, il a même déclaré être prêt à renoncer à la Roja si les dirigeants estimaient ses prises de positions incompatibles avec sa présence en sélection. Pour l'instant, le sélectionneur national Julen Lopetegui souhaite l'apaisement de la situation et a qualifié les insultes de "lamentables". Pas sûr que cela suffise pour revoir un jour Piqué avec l'Espagne.