L'Olympique Lyonnais traverse actuellement une période plus que compliquée. Après un bon début de saison, les résultats sportifs sont en effet en berne, et l'adaptation des nombreuses recrues de l'intersaison pourrait être à l'origine du manque de fluidité et de la nervosité dans le jeu lyonnais. Après de nombreux matchs nuls décevants de la part de ses joueurs aussi bien en Conforama Ligue 1 (Bordeaux, Nantes, Dijon et ce weekend contre Angers) qu'en Europa League (Apollon Limassol et Atalanta Bergame), Bruno Génésio s'est d'ailleurs montré en colère en conférence de presse [VIDEO], n'hésitant pas à s'en prendre publiquement à ses joueurs. Comme à son habitude, Jean Michel Aulas, le président Lyonnais, a trouvé la parade afin d'éloigner les projecteurs de son équipe, en redirigeant les débats sur son ancien capitaine Maxime Gonalons.

Et les faits ne sont pas récents, puisqu'ils remontent au mois de décembre 2015, soit près de deux ans maintenant. A cette époque, Maxime Gonalons est le capitaine d'un Olympique Lyonnais qui vient de passer deux mois difficiles (défaites face à Nice, Montpellier, Angers, Paris et Ajaccio), et se serait permis de demander "la peau" de l'entraîneur en place, Hubert Fournier.

Gonalons - Fournier, le coeur du scandale

Cette information, révélée par Jean Michel Aulas au cours d'une interview dimanche, avait pour but de démontrer la confiance et l'attachement du président lyonnais à son entraîneur en place. En effet, depuis plus de 20 ans maintenant, il met un point d'honneur à ne jamais se séparer de ses entraîneurs en cours de saison (le dernier en date étant Guy Stéphan en octobre 1996) même sous la pression de son capitaine donc, parti cet été en Italie dans le mythique club de l'AS Roma.

Mais cette intervention plutôt maladroite a provoqué la colère de son ancien capitaine, formé au club, qui n'a pas tardé à réagir par la voix de son agent Frédéric Guerra. Et la méthode devrait convenir au sulfureux président lyonnais, puisqu'il a utilisé Twitter, le réseau social préféré de JMA. En quelques caractères, il remet en cause directement les propos de Jean Michel Aulas : "Sincèrement @JM_Aulas votre déclaration concernant @MaxGonalons manque de respect pour Max.Nous attendons des excuses, assumez". La réponse ne s'est d'ailleurs pas fait attendre, puisqu'un nouveau tweet a été émis quelques minutes après : "Vous êtes encore + crédule que je ne l'imaginais :ma réponse est limpide et est la stricte vérité elle a été déformée dans son utilisation (...) Ne venez pas perturber 1 sujet parfaitement clair:g toujours assumé et vs le savez bien". Alors, tentative de protéger son coach en place ou réelle volonté de Clash avec son ancien capitaine ? Toujours est-il que le président lyonnais ne semble pas parti pour redonner de la sérénité à son équipe, qui en manque pourtant cruellement actuellement.