Match sérieux des parisiens, ce mardi soir au Parc des Prince.

L'avant match :

Nous retrouvons un onze presque type (à une individualité près par rapport à celui que j'avais annoncé plus tôt dans l'après-midi [VIDEO]). Presque puisque Motta était indisponible et forfait pour cette rencontre. Nous aurions peut-être préféré voir Berchiche à la place de Kurzawa, mais Emery souhaitant installer une rotation pour ne pas perdre le latéral français en difficulté suite à sa pubalgie, à fait tourner ce soir.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne PSG

L'ambiance au Parc est excellente et il fait plutôt frais en cette soirée d'Halloween. L'arbitre de la rencontre, Monsieur David Fernandez Borbalan (qui avait arbitré la rencontre Anderlecht-PSG, soldé par un 0-5 et un quadruplé de Ibrahimovic).

La 1ère MI-TEMPS :

Une bonne entame de match ! Les parisiens pressent et Rabiot joue relativement haut. À la 3e minute il y a déjà deux occasions franches mais toujours 0-0. Neymar participe beaucoup aux phases de constructions et marche un peu sur les pieds de Draxler qui, sobre, n'exprime qu'à de rares reprises l'étendue de ses qualités. On sent déjà l'isolement d'Edinson Cavani par rapport aux deux flèches Neymar-Mbappé qui combinent beaucoup. Mbappé d'ailleurs, est en forme dans ce premier quart d'heure de jeu !

Il faut attendre la 14e minute pour voir une première mise à l'épreuve d'Aréola sur un coup franc qui finalement ne débouchera sur rien. Verratti est impressionnant en ce début de match, Kurzawa est sobre et plus en jambe que d'habitude parce qu'il simplifie son jeu (le limitant à deux ou trois touches seulement), malgré cela il y a beaucoup de déchets défensivement dans son jeu.

Autour de la 20e minute, le jeu se désarticule du coté belge et le pressing devient de plus en plus ordonné coté parisien à partir de la 27e minute. Cela s'accorde avec une accumulation des espaces dans la défense et le milieu belge.

À la 30e minute, Verratti est récompensé de son début de match de grande facture d'un but magnifique : 1-0 !

Le jeu belge s’effrite en fin de mi-temps et Anderlecht perd son défenseur central Spahic qui est alors remplacé. Dans la foulée de cette perte, Neymar double la mise d'une frappe enroulée : 2-0

C'est la mi-temps, Neymar rentre aux vestiaires en se tenant l'arrière de la cuisse.

La 2ème MI-TEMPS :

Rien de nouveau à la reprise, Neymar est toujours sur le terrain et semble aller mieux. Les belges entament avec un gros pressing que le PSG gère plutôt bien dans de somptueux redoublement de passes. À la perte de balle, le PSG presse également très fort et paraît physiquement très au point. On retrouve dans le jeu, un PSG qui ressemble beaucoup à celui que l'on a vu vendredi dernier face à l'OGC Nice.

À la 48e minute, Draxler déboule sur une talonnade magnifique à lui même et une accélération qui se conclue en une occasion de Neymar qui passe à un poil du poteau.

Nous sommes à la 53e minute, Neymar projette son coup-franc sur le poteau belge et Kurzawa intercepte la balle qu'il transforme en une balle de but : 3-0 Le match de Rabiot est excellent et le jeune milieu de terrain est investi dans cette rencontre. Depuis le troisième but le jeu parisien est décousu jusqu'à l'heure de jeu. Néanmoins les statistiques sont sans appelle, une possession parisienne outrageante, et en plus les parisiens courent plus que les belges.

À la 63e minute, Di Maria et Lo Celso remplacent respectivement Mbappé et Verratti, tout deux auteurs d'une excellente partie. Lo Celso et Rabiot permutent régulièrement et lorsque Rabiot joue en position de relayeur, Draxler prend le flanc droit.

Depuis le double changement il y a une perte de fluidité dans le jeu jusque l'entrée de Pastore à la place de Rabiot (nous sommes alors à la 75e minute).

Entre temps, et à la 71e minute Kurzawa marque le quatrième but sur une louche magnifique de Dani Alves sur une remise instantané en demie volée, suite à une transversale de Neymar qui fait basculer le jeu : 4-0

77e minute, Kurzawa s'offre un beau triplé après un superbe déboulé de Alves puis Di Maria (de manière passive) : 5-0

À la 81e minute, Pastore et Lo Celso jouent comme deux créateurs excentrés approvisionnant la triplette Neymar, Cavani et Di Maria en ballon (Draxler est un peu plus libre dans son placement).

Pour finir, Lo Celso fait preuve d'un bonne agressivité et temporise comme un vieux briscard. Di Maria et Dani Alves se trouvent plutôt bien et permutent correctement sur leur coté droit.

Mon Avis :

Un excellent résultat face à une équipe belge qui, malgré beaucoup d'envie, était clairement inférieure aux parisiens ce soir, ce qui n'avait pas était aussi criant lors de leur précédant affrontement. La défense centrale fut impériale dans le domaine aérien et il faut accorder une mention toute particulière pour le capitaine brésilien qui aura réussi quelques interceptions de haute volée. Aréola n'a pas eu grand chose à faire.

Le milieu de terrain est le véritable coup de cœur de la soirée. Verratti a été très bon et Rabiot a était énorme. Draxler était un peu à l'étroit étant donnée la grande liberté de Rabiot derrière lui, de Neymar devant lui et la fébrilité défensive de Kurzawa, le contraignant à pallier si besoin.

Coté attaque, Mbappé [VIDEO]a été bien plus intéressant que lors de ses deux derniers matchs sous les couleurs parisiennes. Cavani lui, s'est retrouvé trop isolé par rapport à ses deux coéquipiers et à fait un match frustrant car intéressant dans son travail de la défense adverse mais non récompensé d'un petit but. Neymar a fait du Neymar, ce qui fait que l'on aime ou que l'on déteste. Il a beaucoup provoqué, fait quelques accélérations, s'est servi des appels de ses coéquipiers pour ouvrir des brèches, à perdu parfois des ballons simples, mais d'un seul coup à parfois trouvé un angle de passe prodigieux ou une trajectoire de course étonnante. Il nous force toujours à accepter sa supériorité. Encore dépositaire du jeu parisien ce soir, son entente avec Mbappé aura été aussi remarquée que son manque de relation avec Cavani (ce malgré une belle offrande à ce dernier à la 60e minute).

Pour faire simple, il y a de gros motif d'espoir pour les parisiens, d'ores et déjà qualifiés pour les 1/8èmes.