Mauvaise surprise pour l'équipe de France de handball. Très mauvaise surprise même. Alors que les Bleus avaient jusque-là dominé le championnat d'Europe de la tête et des épaules, ils se sont inclinés vendredi soir, face à l'Espagne, en demi-finale de la compétition organisée en Croatie. La faute, principalement, à une première période complètement manquée. Vincent Gérard moins souverain dans les cages, la France est fébrile face à des Espagnols qui jouent crânement leur chance et qui bénéficient, eux, de la confiance transmise par leur gardien, le vétéran Arpad Sterbik, également gardien du PSG.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Football

Durant ce premier acte, seuls Cédric Sorhaindo et Dika Mem surnagent. Mais la sortie sur blessure du deuxième nommé fait partie des tournants du match : les Experts semblent perdus sur le parquet, à l'image des cadres comme Michaël Guigou et Nikola Karabatic.

L'Espagne, sûre de son fait et de son jeu, creuse progressivement l'écart et parvient à rentrer aux vestiaires avec une impressionnante avance de +6 (15-9). Les Bleus font alors grise mine, et la probable gueulante poussée par le coach Didier Dinart à la pause n'a que peu modifié la physionomie du match.

Deux échecs lors des deux derniers championnats d'Europe

En deuxième période, les Bleus tentent bien d'effectuer une entame de feu afin de semer le doute dans les rangs ibériques. Mais ni cela, ni la bonne entrée en jeu de Romain Lagarde n'ont suffit pour des Tricolores qui n'ont jamais pu revenir plus près qu'à trois point au tableau d'affichage. Finalement, les hommes de Didier Dinart s'inclinent sur le score de 27-23 et disent adieu au titre de champion d'Europe. Après la rencontre, c'est la déception qui domine dans les rangs tricolores, notamment dans les propos de Valentin Porte.

Top vidéos du jour

« Je ne comprends pas, c'est même honteux de montrer cela en première période, d'être mené de six buts, de ne marquer que neuf fois. Je n'ai hélas pas d'explication à cela. Je suis juste remonté, énervé ». Didier Dinart, le sélectionneur, se veut lui plus optimiste. « Je n'ai pas le sentiment que les gars n'avaient pas envie d'aller en finale. Charge à nous de tirer les enseignements de cette défaite pour aller chercher la troisième place ». Une troisième place qui se disputera face à la belle équipe du Danemark, battue par la Suède en demi-finale. Mais même si les Bleus parviennent à décrocher cette breloque, pas sûr qu'elle console les troupes après un Euro où tout semblait aller comme sur des roulettes avant cette demi-finale.

Retraite internationale pour Michaël Guigou ?

Alors, simple accident ou fin d'une ère pour l'équipe de France ? Pour la deuxième fois consécutive, les Bleus ne disputeront pas la finale du championnat d'Europe puisqu'ils avaient également échoué dans leur quête du titre européen en 2016 en Pologne.

Désormais, la France va devoir se pencher sur le championnat du monde 2019 organisé en Allemagne et au Danemark, mais aussi évidemment sur les Jeux olympiques 2020 qui auront lieu à Tokyo. Pour ces rendez-vous, il est possible que la belle jeunesse entrevue lors de cet Euro prenne de plus en plus de place. On pense notamment à Nedim Remili, Dika Mem ou encore Romain Lagarde. Mais pour les plus âgés, la question de la suite va forcément se poser. Michaël Guigou, 35 ans, repartira-t-il pour une nouvelle aventure ? C'est clairement pour le joueur de Montpellier que la question se pose le plus. En effet, on imagine mal Nikola Karabatic (33 ans) décider d'arrêter sur un tel échec. Mais la question de la place accordée à la nouvelle génération et à l'ancienne, de la symbiose à trouver entre les deux, va revenir sur la table. Avec cette défaite, la France est donc entrée dans une nouvelle ère, qui n'est plus celle des Experts.