Les fans de tennis sont impatients de vivre avec passion le premier tournoi du Grand Chelem de l'année, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les deux stars de la balle jaune vont-ils rééditer leur saison 2017 qui fût exceptionnelle [VIDEO], avec le partage des 4 tournois du Grand Chelem (Open d'Australie, Wimbledon pour #Federer et Roland Garros, US Open pour #Nadal). Novak Djokovic et Stan Wawrinka, qui n'ont joué qu'une demi-saison pour cause de blessures, seront-ils à leur meilleur niveau dès lundi ? Il manquera à l'appel Kei Nishikori et surtout Andy Murray qui doit se faire opérer de la hanche, et qui espère revenir pour Wimbledon. Enfin, les jeunes pousses et les outsiders qui ont brillé la saison passée vont-ils confirmer face à leurs glorieux aînés ?

Nadal dans un fauteuil, Djokovic à la bataille

Rafael Nadal, le n°1 mondial, hérite d'un tirage très favorable,et on peut même dire qu'il a été 'protégé'.

Il ne pouvait espérer mieux. Il n'y a que son corps qui pourrait le trahir pour ne pas atteindre les quarts de finale où il devrait affronter Marin Cilic. La demi-finale sera un vrai test contre des adversaires possibles plus coriaces avec des profils différents : le fougueux Shapovalov, l'inconstant mais talentueux Kyrgios, le n°3 mondial Dimitrov, les deux français sur leur lancée de la coupa Davis Pouille et Tsonga, ou le cogneur Sock. A l'inverse, le Serbe, victime de son classement actuel (14ème), devra répondre présent rapidement avec un 2ème tour probable contre Gaël Monfils, Alexander Zverev en 8ème, un quart de finale contre Wawrinka et la demi-finale contre le tenant du titre. Djokovic, qui rêve de faire un retour à la Federer [VIDEO], devra être au top physiquement car la compétition ressemblera à un parcours du combattant.

Federer favori du tournoi mais.....

Roger Federer a tous les arguments pour garder son titre et partir à la chasse à la première place mondiale. Le tirage a été clément pour le suisse qui pourrait quand même croiser le chemin de Milos Raonic en 8ème, et surtout de Juan Martin Del Potro, son bourreau à l'US Open 2017, ou encore de David Goffin en quart de finale. L'interrogation est au niveau de son physique. A 36 ans passés, est-il capable d'enchaîner des matchs de haute intensité pendant deux semaines en début de saison ? Un autre facteur peut aussi faire la différence, le climat. Des températures supérieures à 30° ont pour effet d'entamer plus rapidement la résistance physique, même pour un athlète comme Roger Federer. C'est tout un ensemble de paramètres que le Suisse devra gérer pour atteindre son objectif final et rester à jamais LA légende du tennis. #Open d'Australie