Au terme d'une 26ème journée où Monaco et Lyon avaient fait match nul, Marseille avait un coup à jouer pour occuper la 2ème place. Problème, les Olympiens se déplaçaient au Parc, bastion imprenable du PSG, leader incontestable (13 victoires en 13 matchs cette saison en championnat).

Les dix premières minutes voyaient le 3ème de Ligue 1 bien commencer le choc, présent dans l'impact et exerçant un pressing tout-terrain. Le PSG ne s'affolait pas, et dès que Neymar jouait simple et trouvait le décalage, la différence se faisait. Tacleur malheureux, Jordan Amavi remettait Kylian Mbappé en position de force qui ouvrait le score d'une frappe croisée du gauche (10ème, 1-0).

Un quart d'heure plus tard, c'est Rolando qui déviait une frappe non cadrée de Neymar dans son but, après une belle action entre Layvin Kurzawa et Adrien Rabiot (2-0). En 25 minutes de jeu, le leader parisien avait plié le match et impressionnait tant techniquement que physiquement. Pour Marseille, pas totalement guéri contre les "gros" cette année (2 nuls et 2 défaites), la suite du match s'annonçait comme un long chemin de croix.

Mais les hommes de Rudi Garcia ne coulaient pas pour autant, et finissaient mieux le premier acte. Dimitri Payet obtenait plusieurs coup-francs intéressants, Florian Thauvin passait pour la première fois Kurzawa permettant à son capitaine de tenter une frappe des 25 mètres, non cadrée.

Peu d'occasions, beaucoup de fautes

A la mi-temps, Paris n'était pas énormément dangereux - 1 tir cadré seulement ! - mais menait malgré tout logiquement et surtout, semblait invincible.

Marseille, sans être ridicule, était inoffensif. Au retour des vestiaires, l'efficacité parisienne allait tuer les Phocéens.

Sur un centre de l'intenable Neymar, Edinson Cavani, jusque là transparent, se jouait de Rolando dans la surface et transperçait Yohann Pelé pour enlever la dernière lueur d'espoir olympienne (50ème, 3-0).

Dès lors, l'entraîneur parisien Unaï Emery pouvait faire tourner son effectif en vue de l'échéance madrilène. Son équipe continuait de gérer, mettant en danger un OM joueur mais dépassé dès qu'elle accélérait. La fin du match était hachée par des fautes (10 cartons jaunes !) et par la blessure de Neymar, laissant ses partenaires à dix. L'OM n'en profitait pas et perdait pour la première fois en 2018 en Ligue 1. Rendez-vous [VIDEO] dans trois jours, cette fois-ci en Coupe de France.

Lyon n'y arrive plus

Juste avant le classique PSG-OM se déroulait une autre affiche de Ligue 1, Lyon affrontant Saint-Etienne au Parc OL. Mais d'affiche il n'y avait que le nom. Dans un match sans rythme et pauvre techniquement, Lyon pensait tenir sa première victoire depuis un mois grâce à un formidable but de Mariano Diaz.

Mais la fatigue européenne a eu raison des joueurs de Bruno Génésio puisqu'à la dernière minute, Mathieu Debuchy égalisait après un travail du meilleur joueur de ce match, Rémy Cabella. Si la qualification en Ligue Europa cette semaine a redonné le sourire à l'OL, le rythme en championnat est plus qu'inquiétant pour les Lyonnais. De son côté, Saint-Etienne a lavé l'affront du match aller (défaite 5-0).