Cette fois, c'est fait, le Maroc [VIDEO] est officiellement candidat à l'accueil du Mondial 2026. La monarchie d'Afrique du Nord, qui a déposé en fin de semaine son dossier complet de candidature au siège de la FIFA, est en concurrence avec une candidature tripartite nord-américaine, englobant les États-Unis, le Canada et le Mexique. Si le Maroc n'est pas vraiment favori dans ce processus de désignation, face à la puissance de son adversaire et ses infrastructures monumentales, il fait état d'un argument de choix dans sa candidature : sa passion pour le football. Mais ce n'est pas le seul qu'on puisse avancer !

Le Maroc est-il suffisamment armé pour lutter ?

Lorsqu'on prend conscience de l'ampleur de la candidature commune des USA, du Canada et du Mexique, on se dit qu'il y a peu de chances qu'un autre pays puisse jouer les trouble-fête.

Après le dépôt du dossier marocain, la FIFA et ses 211 représentants (qui correspondent aux fédérations membres, fait inédit dans un processus de désignation !) ont désormais trois mois pour faire mûrir leur réflexion. On connaîtra le ou les pays hôtes de la Coupe du monde 2026 le 13 juin prochain, lors du congrès de la FIFA à Moscou, à la veille du coup d'envoi du Mondial russe [VIDEO].

Face au gigantisme de la candidature adverse, le Maroc présente un dossier qui se veut respectueux de l'environnement, animé par le désir de laisser un "héritage fort" pour le pays mais aussi plus largement, pour le continent africain, dont on connaît l'amour et la passion pour le football.

La même agence que Paris 2024

Quelle est la prochaine étape pour la candidature du Maroc ? La très attendue visite d'inspection de la FIFA, dont la délégation fera le tour des potentielles installations du pays du 17 au 19 avril, dans un mois d'un mois.

En attendant, le pays du Roi Mohammed VI peut peaufiner sa présentation, et c'est là qu'il pourrait faire la différence. En effet, la candidature marocaine a lancé les choses sérieuses en janvier 2018, lorsque le Comité de candidature a annoncé la désignation de l'agence londonienne Vero Communications pour orchestrer sa communication et sa stratégie. Ce choix est plus que pertinent, puisque c'est cette même agence qui avait conseillé la ville de Paris dans sa campagne en vue de l'organisation -obtenue- des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Il en dit aussi plus sur la volonté du Maroc à présenter une candidature qui puisse faire trembler le continent nord-américain.