Le 21 mai prochain, débuteront officiellement les Internationaux de France de Tennis. Et comme chaque année, depuis plus d'une décennie, un seul nom trônera dans la bouche des supporters, des journalistes et des novices de la discipline, celui de Rafael Nadal, Rafa pour les initiés. Qui aujourd'hui ne connait pas cet extraterrestre de la terre battue ? A part ceux qui ont hiberné au cours des quinze dernières années ! La décima est ancrée dans nos souvenirs pour toujours.

Un N, un A, un D, un A et un L, cinq lettres gravées sur les tablettes du sport pour les siècles à venir. Mais l'ensemble des fans oublieront certainement sa raquette.

Cet objet indispensable à tous les champions, sans laquelle ils ne pourraient pas pratiquer leur sport, effectuer de sublimes amortis, des revers et des coups droits gagnants, des petits lobs remplis de malices et des rallyes de fond de court à n'en plus finir

Et les raquettes des autres prétendants, où en sont-elles ?

En ce milieu de saison sur terre battue, une bonne quantité d'entre elles manque à l'appel. Pour la troisième année consécutive, celle de l'inépuisable Roger Federer fera l'impasse sur la terre battue. Quant à Novak Djokovic, des petits réglages sont encore à effectuer. Défait en 16e de finale de l'ATP Madrid, le Serbe n'arrivera pas favori à Paris.

Après son opération en début d'année, la raquette d'Andy Murray pourrait voir son retour retardé et de ce fait louper un nouveau rendez-vous en Grand Chelem.

Pour l'autre raquette suisse, ce sera tout aussi compliqué. Absente depuis un abandon à l'Open 13 Provence de Marseille un jour de février, elle n'aura pas beaucoup de kilomètres au compteur et sera sûrement trop juste. Le master 1000 de Rome fera office de baromètre afin de pouvoir poser un jugement plus objectif sur les chances de Stan Wawrinka, qui y fera son retour.

Une raquette française sortante du lot ?

On en rêve tous, mais pour le moment celles des Français déçoivent depuis des années ! Y aura-t-il une vingt-cinquième année consécutive sans que l'une d'entre elles ne puissent inscrire le nom de son propriétaire sur le trophée ? Un petit flashback de 25 ans qui fait du bien !

Difficile de penser autrement quand on constate les performances des Tricolores ces derniers temps. Aucuns des engagés n'a passé les 16e à Madrid. Jo Wilfried Tsonga reste incertain à l'heure actuelle.

Les mathématiques ne sont donc pas favorables mais qui sait, rien n'est fait d'avance. Alors rendez-vous du 21 mai au 10 juin 2018 pour découvrir si la raquette de Nadal sera couronnée reine une fois de plus.