2

En pleine promotion de son deuxième livre sobrement intitulé Je suis le football dans lequel il se confie sur les expériences qu’il a vécues durant sa carrière, l’ancien attaquant du PSG (2012-2016) a profité d’un entretien avec le journal L'Equipe pour donner quelques informations sur son retour dans le club de la capitale.

Zlatan Ibrahimovic a toujours aimé jouer avec les médias, s'imposant comme un grand adepte des punchlines polémiques et autres déclarations contradictoires. Dans sa deuxième autobiographie récemment publiée, il avait déjà déclaré qu’il n’était pas motivé à 100% avec l'idée de rejoindre le PSG [VIDEO] en 2012 et qu’il avait même émis plusieurs conditions, à l’époque, pour faire capoter son transfert.

Il avait alors dit à son agent, l'italo-néerlandais Mino Raiola, vouloir rendre la tâche difficile au PSG. Le joueur, aujourd'hui âgé de 37 ans, avait listé tous ses souhaits sans vraiment croire que le club allait accepter. Sauf que son agent l’avait ensuite rappelé pour lui confirmer : « Tu as tout ce que tu as demandé ».

Si Zlatan revient, c'est pour 'être le patron'

Mais durant l'entretien qu’il a eu avec le quotidien sportif, l'attaquant des Los Angeles Galaxy a expliqué qu’il ne regrette absolument pas son choix. Selon lui, le PSG est très heureux qu’il soit venu et vice versa, parce qu’avec lui, Paris a eu quelque chose qu’il n’avait pas eu auparavant. Il évoque notamment son dernier match au Parc des princes contre Nantes (victoire 4-0 des Parisiens avec un doublé d’Ibra) qui l’a particulièrement ému.

Mais comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop... Connaissant le personnage, il n’est donc pas étonnant de voir Zlatan refaire son show lorsqu'il évoque l’appel de ses anciens dirigeants pour qu’il revienne travailler au sein du club. Il pose d’ailleurs ses conditions lorsqu'on lui demande ce qu’il pourrait faire : « Pour faire ce que je veux. Parce que si je reviens au PSG, c’est pour être le patron ».

Hommage à Laurent Blanc et les difficultés pour se motiver en Ligue 1

Dans son livre, Zlatan a souvent cité Carlo Ancelotti mais a aussi rendu hommage à Laurent Blanc : « Il imposait très peu de restrictions, et il avait un très bon adjoint, un type vraiment fantastique (Jean-Louis Gasset). À deux, ils ont créé un jeu que j’ai rarement joué en club, qui m’a rappelé Barcelone ».

Ibra a aussi évoqué les difficultés qu’il a eues à se motiver en Ligue 1 lorsque l’équipe se déplaçait dans des petits stades avec très peu de supporters présents. C’est vrai que la comparaison avec San Siro de Milan et ses 80 000 places est difficile à tenir, mais il explique qu’il a réussi à passer outre à chaque fois. Avec 156 buts marqués en 180 matchs toutes compétitions confondues, on voit qu’il a aisément trouvé ses marques et ce, même dans notre bonne Ligue 1.