L'émission phare de C8 Touche pas à mon poste proposait jeudi 11 avril 2019 une enquête, suivie d'un débat, sur le milieu de la télé-réalité. La prostitution, l'usage de drogues et l'abus d'alcool étaient notamment des thèmes centraux de l'enquête. Lors de l'échange entre les chroniqueurs, Gilles Verdez a parlé de Julien Bert, candidat emblématique récemment dans la tourmente. Le jeune homme a été accusé de trafic de drogue, mais clame son innocence.

Publicité
Publicité

Pour autant, c'est un discours à charge qui est sorti de la bouche de Gilles Verdez, qui a signalé que Julien Bert faisait partie d'un gros trafic de drogue. Julien n'a pas apprécié cette prise de position - d'autant plus que jusqu'à preuve du contraire, il est présumé innocent - et s'en est pris à l'émission sur Snapchat.

"Mais pour quoi vous me faites passer ?"

Julien Bert a décidé de s'adresser directement aux chroniqueurs de l'émission, et à son présentateur vedette.

Il souhaite leur faire comprendre les dérives possibles de ce qu'ils ont pu dire dans l'émission. "Bon là Touche pas à mon poste, pfff, mais pour qui vous me faites passer ? Mais vous imaginez que j'ai une famille ? Comment vous me salissez, comment vous employez des mots qui ne sont pas les bons. J'ai rien fait, j'ai jamais touché à la drogue ni de loin ni de près. J'ai juste traîné avec les mauvaises personnes, ça arrive à tout le monde. Vous avez jamais été jeune, c'est arrivé à tout le monde. Au final je me retrouve accusé de tout ça, je me retrouve au milieu de cette affaire-là. C'est terrible".

Publicité

Julien Bert critique le manque de cohérence de l'émission

Julien explique par la suite que, outre le fait qu'il est très grave d'assurer qu'il fait partie d'un trafic de drogue sans aucune preuve (et alors que la justice n'a pas encore fait son travail), c'est l'approche à deux vitesses qui le gêne. Dans la même émission, les chroniqueurs ont abordé la polémique autour de Pierre Palmade, potentiellement lié à des histoires de drogue et accusé de viol.

"Franchement j'ai pas les mots, j'ai honte j'ai pas envie de sortir dans la rue, j'ai honte. Moi je sais que j'ai rien fait mais là ils me font passer pour un trafiquant de drogue (...) Alors ce qui est grave, ce qui est pas cohérent, c'est que juste avant ils parlent de l'article de Pierre Palmade, ils disent que ça prend des ampleurs pas possibles, qu'il faut pas écouter la presse, tout ça. Tu viens de faire quoi ? Tu viens de faire exactement la même chose. Tu dis que ça peut finir en suicide, mais heureusement que je suis quelqu'un avec les épaules solides, vous vous rendez compte ? On me fait passer pour un trafiquant. C'est contradictoire, juste avant ils parlent de Pierre Palmade et son histoire, et juste après ils font ça avec moi. Elle est où la cohérence là dedans ?"

Lire la suite