Beaucoup de critères expliquent la grandeur et la beauté d'un pays. Par exemple, la grandeur d'âme de son peuple, son architecture, son histoire, sa civilisation, etc. Pour plusieurs touristes, ces principaux critères constituent les paramètres qui vont déterminer leur destination de vacances. Mais surtout, il y a des pays difficilement aimables et difficilement adoptables parce que leur âme est impénétrable. Il faut parfois y naître pour pouvoir les connaître amplement, dans leurs dimensions historique, culturelle et civilisationnelle. Dans ce cas, ce type de pays laisse les touristes indifférents, avec le sentiment que leur présence sur place ne sert strictement à rien, et qu'ils n'ont qu'une chose à faire, repartir le plus rapidement possible d'où, ils sont venus.

Publicité
Publicité

A l'opposé, d'autres pays, compte tenu de la fluidité qu'ils offrent aux visiteurs pour leur appréciation rendent leur âme accessible et appropriable. Dans les rues, tout se passe comme si au passage du touriste, ces pays avaient une bouche, et qu'ils pouvaient s'adresser directement à chaque visiteur, lui disant par exemple : «prenez-moi, adoptez-moi, aimez-moi, restez chez moi, ne retournez plus chez vous !» C'est le cas de la #France, un vrai temple ; et de sa capitale Paris, un vrai sanctuaire.

La France, un temple d'adoration

Dans n'importe quel village, ville, commune, département, région de France où vous allez, l'âme du peuple se trouve dans la rue ! Chaque bâtiment, du plus modeste au plus somptueux porte un nom, une adresse. Mieux, il porte une histoire. Les allées, les rues, les avenues et les boulevards ne sont pas en reste.

Publicité

Ils portent un nom, ils racontent une histoire passée ou présente et vous projettent dans l'avenir. Les jardins publics, les espaces, les squares sont conçus dans la même perspective avec un nom et une histoire.

Bref, en France, les bâtiments, les voies de circulation, les centres culturels et les lieux de repos ont une existence propre, comme s'ils étaient des humains, avec un nom, un état-civil, une histoire. Ainsi, le passant, pour peu qu'il sache lire est immédiatement associé à la mémoire collective, intégré à la communauté nationale. Et voilà comment un touriste qui est de passage, reçoit l'hospitalité française. En effet, tout le paysage français est attrayant. Et ce paysage français, parle au visiteur, il a un massage pour tout le monde : autant ce paysage français s'adresse au citoyen, autant il s'adresse à l'étranger. Ce paysage français ne fait pas de discrimination entre les humains. Il se dévoile à tous sans exception dans toute sa beauté et tout son prestige. Jamais, on n'a vu un bâtiment, une voie de circulation, un espace aéré français interdire à un passant de s'arrêter pour l'admirer, ni même de lire son histoire qui s'affiche.

Publicité

Au contraire, comme on entre dans un temple, dans un lieu de prière, n'importe quand pour prier, se recueillir, ainsi se donne le paysage français à tout humain qui vit en France, ou foule le sol français. Si la France est un temple, sa capitale #Paris est le sanctuaire de ce temple.

Paris, un sanctuaire

Cette ville n'est pas une ville comme les autres. C'est un sanctuaire qui invite à la contemplation et à la méditation. Ses monuments sont les prêtres qui officient au quotidien pour les fidèles. Leur beauté vous incline non seulement à la crainte et à la soumission, mais encore au recueillement. Au fond, on ne va pas à Paris comme un goujat. On va à Paris en femme, homme et enfant respectueux des #Droits de l'homme. Une fois à Paris, on est là, pour admirer les merveilles du temps passé et du temps présent. En clair, on va à Paris pour comprendre d'où, est parti un peuple, le peuple français, pour en arriver là. Et puis, on va à Paris pour comprendre le poids des alliés de la France, leur action de libération. On va à Paris, pour comprendre ceci: «Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde.» En principe donc, l'Extrême Droite est voué à l'échec, vu qu'il est aux antipodes de l'âme française.