Rester ou non dans la zone euro, c'est le débat qui fait rage depuis quelques jours au #Front National. Le parti présidé par #Marine Le Pen avait fait du retour au franc l'une de ses propositions pendant la campagne pour l'élection présidentielle, et selon Le Parisien, c'est en partie à cause de cette mesure décriée que Marine Le Pen n'a pas accédé au fauteuil convoité. L'un des ses proches, le député du Gard Gilbert Collard, le répète lui-même : "Pour nous, la question de l’euro c’est terminé, le peuple a fait son référendum le dimanche 07 Mai au second tour". Le parti d'extrême-droite devrait donc abandonner cette proposition pour retrouver de la crédibilité en matière économique.

Publicité
Publicité

Florian Philippot, défenseur de la sortie de l'euro

Ce n'est pas du tout l'avis du vice-président du Front National, Florian Philippot. Interrogé sur RMC, il prévient : "Si le Front devrait garder l'euro demain, je quitterais le FN." Il ajoute qu'il préfère défendre ses convictions plutôt que de garder son poste à tout prix, en faisant du souverainisme et de "l'indépendance" de la France la première solution de sortie de la crise : "Je me battrai toujours pour l’indépendance de mon pays, quel que soit le moyen". #Politique