Insolite. On fera le parallèle entre les sites qatari et des Émirats du Golfe persique et ceux de la droite hors les murs français (par ex., Riposte ‘’laïque’’) à l’occasion de deux affaires judiciaires étasuniennes. Les sites islamophobes français (entre autres…) avaient fait lourdement état — à juste titre — de l’affaire d’un officier qatari et de son épouse, une Émiratie, Hassan Al Homoud et Zainab al-Hosani, résidant aux États-Unis, qui utilisaient deux employées de maison, une Indonésienne et une Bangladeshie, telles des esclaves. Pour leur défense, ils ont invoqué le ‘’saint’’ Coran. Est-ce le contre-effet Trump ? Alors qu’ils risquaient dix ans de prison, à la grande colère du juge Orlando Garcia, le couple ne fut condamné qu'à la reconduite aux frontières et à seulement 60 000 USD d’amende.

Publicité
Publicité

Si vous consultez les dépêches d’agence, Reuters par ex., et la ‘’presse pourrie’’, le fait qu’ils aient invoqué le Coran est mis en relief. Si vous consultez les sites des médias du Golfe (Doha News, par ex.), il n’en est jamais question. Ces théocraties auraient-elles comme une gêne aux entournures à évoquer la ligne de défense de leurs ressortissants et coreligionnaires ? L’effet du très évangéliste chrétien Donald Trump incitera-t-il aussi le tribunal du comté de Lucas (Ohio) a encore plus d’indulgence à l’égard de Timothy et Esten Ciboro, accusés de viols sur mineures, et qui ont obtenu de pouvoir s’appuyer sur la ‘’sainte’’ #Bible pour se justifier. Les sites islamophobes en feront-ils leurs choux gras, citant tous les passages invoqués par les accusés pour conforter leur défense ? On verra… Comparaison n’est pas raison, dit-on.

Publicité

Tel Très Saint Père, tel saint fils ?

Timothy Ciboro et son fils, Esten, de Toledo, ont violé à maintes reprises la belle-fille de Timothy. Ce entre 2012 et 2015. La cadette de la victime a aussi été régulièrement violée. L’aînée, alors âgée de 13 ans, a pu s’enfuir en mai dernier. Faites le compte, et devinez l’âge de sa petite sœur, non communiqué. La mère, Stafonda Hawkins, avait laissé ses filles aux deux hommes courant 2012. Les deux accusés, tout comme le couple musulman, plaident que la loi divine surpasse les lois profanes. Ils veulent s’appuyer sur le Verbe divin pour plaider eux-mêmes. Ce n’est guère la première fois que les ‘’saintes’’ écritures sont évoquées aux barres des États-Unis. Ce fut une femme, une chrétienne, qui frappait sa fille avec un porte-manteau (plutôt robuste, au vu des ecchymoses), et qui devant le tribunal du comté de Marion (Indiana), invoqua les Proverbes (23:13-14) : ‘’n’épargne pas la correction à l’enfant (…) il échappera au séjour des morts’’.

Publicité

Elle s’en sortit avec une peine minime, aménagée. En appel, toujours dans l’Indiana, un contribuable qui ne réglait pas ses impôts, a mis en relief ses convictions religieuses. La procureure-adjointe a presque abondé en son sens. #Donald Trump, oint par pratiquement toutes les religions, va nommer un juge à la Cour suprême. Les trumpistes unis de tous les pays applaudiront. Hosannah au plus haut des Cieux ! Les All American rabbins, pasteurs, imams, prêtres catholiques, hindouistes, sikhs, tous pour Trump, étaient là aussi, priant pour lui et l’Amérique, l’encensant en la cathédrale épiscopalienne de D.C. Et demandant en contrepartie que #Charia, loi talmudique, droit canon, &c., prédominent sur les lois fédérales ? Qu’en dit The Donald ? Ah, sauf si la question lui est posée par Breitbart ou Fox News, il ne répondra pas. Et s’appuiera sur des faits alternatifs pour fonder ses propos. Que les '‘journalopes gauchiasses’’ (et islamo-collabos) déformeront, c’est évident. Les sites trumpistes français polissent déjà leurs arguments pour faire le tri entre les bons musulmans pour Trump, et les islamistes pernicieux anti-Trump… Bonjour la casuistique. Cela va être difficile à ingurgiter par les ‘’Déplorables’’ de base qui s’honorent de l’appellation, mais leur foi déplacera les montagnes ! In Trump, we trust. Onward, Trumpian Soldiers!