Zoom sur le harcèlement de rue et la culture du viol. C'est un phénomène trop répandu que nombre d'entre nous supporte tous les jours dans les rues. Mais le harcèlement n'est en aucun cas anodin, et toujours dangereux. Tant qu'on ne luttera pas contre eux et qu'ils ne seront pas punis par la loi, les agresseurs séviront. Compliments inopportuns, insultes, provocations, humiliations verbales, propos obscènes résonnent, et au-delà des attouchements, sont du harcèlement. Les jeunes filles n'en sont pas les seules victimes : tout le monde y est confronté.

On dénonce depuis des années la culture du viol, mais les voix s'élèvent depuis peu contre les harceleurs de rue, qui en sont le fruit.

Publicité
Publicité

Leurs actions représentent une atteinte à l'intégrité physique de leurs victimes : à ce titre, pourquoi n'est-ce pas reconnu dans la loi ? Les mots ''abus'' et ''harceleurs'' sonnent trop fort selon vous? Peut-être êtes vous vous-mêmes soumis, malgré vous, à la vision du monde infligée par des standards culturels patriarcaux, misogynes, sexistes. La banalisation de l'irrespect du corps des femmes au quotidien est un fléau. La lutte commence par la prévention, et cela ne doit plus être tabou.

Pour aller plus loin à propos de la représentation du patriarcat au quotidien, voir l'article « La domination masculine dans l'espace public » sur Simonae.fr, qui démontre qu'en effet, la société patriarcale a une empreinte visible dans nos infrastructures et les manières genrées d'occuper l'espace.

La culture du viol

Un « mécanisme écrasant qui minimise, tolère, esthétise voire même encourage le viol dans une société patriarcale », écrivait @Mar_Lard en 2012 sur madmoizelle.com.

Publicité

Un phénomène qui banalise ce crime, allant jusqu'à le caractériser parfois comme légitime.

On doute davantage de la parole de la victime que de celle de l'agresseur, et c'est à l'image d'une société où l'opinion publique ne considère pas la gravité du crime. La pression sur le corps des femmes, dans le monde du travail ou de la publicité, est connue. Comme l'écrit Clémence Bodoc, « le viol et les violences sexuelles ne sont pas encore universellement qualifiés comme ils devraient l’être : inacceptables, inexcusables, injustifiables. Or tant qu’on remettra en cause la parole de la victime (au nom de son statut social – coucou l’affaire DSK), tant qu’on culpabilisera les femmes (...) nous serons dans un climat de “culture du viol” ».

Cette culture est omniprésente, oppresse les femmes mais rabaisse aussi les hommes qu'elle stigmatise comme des êtres binaires, esclaves de leurs pulsions. Elle est l'enfant du machisme, de la misogynie, de l'objectivation sexuelle des femmes, puissant outil du patriarcat et notion centrale du #féminisme contemporain.

Publicité

Elle est parente du slut-shaming, du harcèlement sexuel, fléaux enfermant davantage le corps des femmes et leur intégrité morale dans la peur, dans le dogme patriarcal de la servitude féminine.

Le harcèlement de rue

Ou à peu près la même stratégie de pression sur les femmes. Appels dans la rue, provocations, humiliations, insultes, voire menaces. Un phénomène qui privilégie un climat insécurisant, auquel nous faisons toutes face, et qui est accru dans les grandes villes. Avant tout malentendu : ces comportements ne sont en rien justifiables. Réactions des victimes ? La peur, le silence. « À quoi bon réagir ? Je n'ai aucune chance, je suis en danger. » Les perversions d'êtres malotrus et irrespectueux atteignent moralement leurs victimes, quand ce n'est pas physique. Les femmes subissent la pression, qui restreint leurs libertés. Mais ce n'est pas la solution, se taire reviendrait à leur donner raison, voire justement privilégier ce climat de culture du viol.

Information, prévention et action

Ne pardonnons pas le harcèlement. Ne pardonnons ni la pression morale, la violence verbale et physique, la menace à l'intégrité, l'irrespect. Nous devons revendiquer nos droits et œuvrer pour que ce climat s'estompe, pour garantir une meilleure vie à nos enfants.

Il y a heureusement des mobilisations concernant le viol et les violences faites aux femmes. Par exemple, on lutte contre le climat misogyne sur le site anglais thisisnotaninvitationtorapeme et le site américain mencanstoprape qui préviennent et sensibilisent. En France, pour le harcèlement de rue il y a les blogs payetashnek et projetcrocodiles qui dénoncent avec humour et non sans poigne.

Enfin, on se bat pour que notre droit à la tranquillité dans la rue et les transports soit légitime face à la loi. En 2014, l'organisation féministe Osez le Féminisme proposait des visuels informatifs humoristiques à placarder. Un exemple : « En cas d'affluence, ne pas en profiter pour se frotter à sa voisine. »

« Interdiction de mendier, vigilance pickpockets, alertes colis abandonnés, rappel à la loi en cas de fraude… le métro regorge de recommandations, d’injonctions, de messages anxiogènes. Aucun de ces messages ne concerne les agressions sexistes et sexuelles. Lorsque la RATP communique sur les incivilités, elle pointe les papiers gras, les bousculades et les retardataires. Jamais elle ne pointe les frotteurs, les harceleurs et les agresseurs. » (Campagne #TakeBackTheMetro).

Pour ce qui est de faire reconnaître ce problème dans la législation française, voici l'anecdote la plus représentative du problème. En juillet 2015, Pascale Boistard, secrétaire d’État chargée des droits des femmes et Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, présentaient le plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles. Celui-ci prévoyait entre autres des messages pérennes dans les villes et des services téléphoniques d'alertes pour la RATP et la SNCF. L'article a été validé par la Commission et adopté en première lecture à l'Assemblée Nationale en décembre 2015 mais mauvaise nouvelle, Marie Le Vern twitte en février 2016 : « Le Sénat a supprimé l'article qui comportait des mesures contre le #harcèlement dans la ppl #transports ». Celui-ci répond que la cause « n'est pas du domaine de la loi ». Les réactions des sénateurs nous montrent qu'évidemment on est moins sensible au crime quand on n'en est pas la victime. « Nous le savons tous, (…) dans les transports collectifs, les sentiments sont exacerbés. (…) Moi aussi, je prend le RER B ! » – M.Gournac (extrait du compte rendu intégral de séance du 28.1.2016). #harcèlementderue #Société