Un film polonais attise les débats, excite certaines téléspectatrices ou même téléspectateurs et choque une partie des internautes. En cause : l’amour de Massimo, un mafioso sicilien pour une directrice des ventes d’une boîte polonaise. 365 Dni est adapté d'une série de livres de Blanka Lipińska. En tête des tendances Netflix France [VIDEO], ce film s'est frayé un chemin dans de nombreux salons dans le monde. Ce qui semble attirer les téléspectateurs, c'est bien évidemment le drame érotique et la relation passionnelle entre les deux acteurs principaux de l'histoire.

Si le scénario ne semble rien de plus banal, l’intrigue pose réellement problème à de nombreuses associations qui militent pour le droit des Femmes.

Dans cette série, Laura, dont le rôle est interprété par Anna-Maria Sieklucka, se rend en vacances en Sicile. Elle est kidnappée par Massimo (Michele Morrone), qui lui propose un ultimatum : la Polonaise dispose de 365 jours pour succomber à son charme.

'365 Deni' ne fait pas l’unanimité

Sur la Toile, de nombreuses critiques le comparent à un film pour adultes, tourné avec de faibles moyens et rempli de stéréotypes. Pire encore, ce sont les scènes où les protagonistes de l’histoire font l’amour qui posent problème. En effet, le consentement ne semble pas toujours de mise. C’est ainsi qu’une pétition vient d’être lancée sur la plateforme change.org. Le collectif des Soeurcières a déjà récolté 6000 signatures pour forcer Netflix à supprimer 365 Dni de sa plateforme.

Cette association de défense des Droits des Femmes présente ainsi son action : "Ce film met en avant la culture du viol et en présentant cela comme quelque chose de romantique, il est irrespectueux vis-à-vis de toutes les victimes de violences sexuelles. Nous, le collectif Soeurcières, demandons à ce que ce film soit retiré de la plateforme Netflix.

Un film qui prône la culture du viol n'a pas sa place sur nos écrans, ni dans notre société".

Critiqué sur Twitter, 365 Dni divise

"Je suis habitué à prendre de force tout ce que je veux depuis que je suis enfant. Je ne sais pas jouer les gentils ou me retenir surtout quand une personne me refuse des plaisirs dont j'ai très envie", ainsi s'exprime l'acteur principal, en tenant par la gorge Laura dans une des scènes du film.

Cette "masculinité toxique dans le climat d'agressions sexuelles" pose un réel problème selon Louis Lepron, rédacteur en chef du site Konbini qui s'en est expliqué sur Twitter. Une publication très partagée par un nombre d'utilisateurs du réseau social.

En effet, depuis l'apparition du mouvement #MeToo aux États-Unis et la mise en examen d'Harvey Weinstein, le Cinéma fait très attention à la question des agressions sexuelles. En France, le César du meilleur réalisateur attribué à Roman Polanski en février dernier a indigné une partie de la profession et de la société civile.

Certains internautes attaquent le film pour tenter d'avoir déguiser le syndrome de Stockholm.

Un phénomène psychologique où des otages développent une forme d'empathie ou d'affection et d'amour envers leur geôlier. Le viol reste un acte criminel défini par l'article 222-23 du code pénal.

Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!