Américaine, d'origine japonaise par sa mère, #Hayley Kiyoko est bien connue dans le milieu de la #Musique aux Etats-Unis. Pourtant, outre-atlantique, c'est sur nos écrans qu'elle se fait remarquer : d'abord dans les Sorciers de Waverly Place, qui ont contribué à la renommée de Selena Gomez - actuellement au coeur de rumeurs concernant sa relation avec Justin Bieber [VIDEO] -, puis dans le troisième opus de la saga Insidious, dont l'ultime volet [VIDEO] sorti en janvier dernier figure parmi les films les plus attendus de l'année, et plus récemment dans la version Cyber des Experts.

Malgré une variété de rôles différents, la chanson reste le domaine de prédilection d'Hayley Kiyoko, et peut-être l'espace où elle peut s'exprimer le plus librement.

Celle qui disait ne voir personne comme elle sur la scène musicale a fait le choix d'affirmer sa personnalité, et notamment sa sexualité.

Un hymne : "Girls Like Girls"

Clip léché à souhait, vintage comme on l'aime, visage connu - on reconnaîtra en effet Stefanie Scott, elle aussi au casting d'Insidious : Chapitre 3 - et 85 millions de vues plus tard, "Girls Like Girls" apparaît comme LE carton d'Hayley Kiyoko. La raison de ce succès ? Peut-être la vérité criante, brutale et désespérée qui nous y est montrée.

En cinq minutes de vidéo, Hayley Kiyoko nous met face à la dure réalité à laquelle sont toujours confrontés les adolescents d'aujourd'hui. Le clip se concentre sur la relation de deux adolescentes, l'une célibataire, l'autre en couple avec un jeune homme qu'elle supporte visiblement de moins en moins.

La complicité qui unie les deux amies fait passer inaperçu auprès de leur entourage quelque chose de pourtant évident, une attirance mutuelle qu'elles nourrissent en secret et contre laquelle elles ne peuvent lutter. Mais se cacher n'est évidemment pas chose facile, et leur relation n'est pas non plus des plus acceptables pour leurs proches...

Dans cette société où l'acceptation se fait mode, et où pourtant les homosexuels tchétchènes sont massacrés sur leur sol natal - un exemple parmi d'autres -, Hayley Kiyoko souhaitait ériger un hymne pour une communauté dont elle se fait désormais la porte-parole. Ainsi, elle chante « girls like girls like boys do » (« les filles aiment les filles comme les garçons les aiment »). Un fait simple, mais qui bouleverse l'opinion dans l'histoire d'Hayley. Face au manque de considération de l'amour entre femmes, la chanteuse n'hésite pas à provoquer le "copain" de celle qu'elle aime en annonçant qu'elle lui piquera sa copine, quitte à faire s'abattre les murs que les bien pensants ont élevés.

"Girls Like Girls" s'élève contre la lesbophobie ordinaire.

Lutte contre l'invisibilité

Après "Girls Like Girls", c'est une frénésie #LGBT qui s'abat sur son compte YouTube : "Cliffs Edge", "Sleepover", "Feelings" et le petit dernier, "Curious", sorti il y a moins d'un mois. Jamais artiste n'aura sorti autant de clips vidéo mettant en scène l'amour entre femmes. En s'affirmant telle qu'elle est, Hayley Kiyoko refuse de se cacher et rend visible l'invisible. Parlant d'amour, d'acceptation de soi, de poursuite de ses rêves, elle aborde autant de thèmes qui sauront parler à une jeunesse perdue, et donne ainsi la parole à une communauté en quête de reconnaissance. Prévu pour le printemps prochain, Expectations, le premier album de la chanteuse, promet de lancer sa carrière à l'international et, peut-être, de faire entendre son message à travers le monde.