On l’attendait. La grande messe de la beauté française a été dite ce samedi 14 décembre au Dôme de Marseille, avec sa féérie habituelle, ses nombreux fastes et ses paillettes. Le 90e concours Miss France avec à sa tête Vaimalama Chavez, miss France 2019, a vu défiler les 30 prétendantes au titre. Elles ont proposé un très beau spectacle sur le thème "Le tour du Monde des Miss". Finalement, c’est Clémence Botino, miss Guadeloupe, la grande gagnante. Un grand moment qui a fait plaisir aux téléspectateurs et les internautes, mais qui n’a pas manqué de susciter comme d’habitude, de grands débats.

Le doublé de la Guadeloupe

La miss Clémence Botino n’oubliera pas cette soirée de sitôt. Jeune femme de 22 ans, étudiante en histoire de l'art à la Sorbonne de Paris, après un Bac Scientifique décroché avec la mention très bien, celle qui affirme avoir longtemps hésité avant de se lancer dans l’aventure Miss France, pourra remercier son audace et sa témérité. Ayant raflé les votes du public et les voix du jury présidé par Amandine Henry, capitaine de l’équipe de France de football, Clémence Botino aura séduit tant par sa beauté, que par son éloquence.

Elle a terminé première au test de culture générale des Miss, avec une note de 17,5/20.

Clémence Botino devance ainsi Lou Ruat, Miss Provence et grande favorite du public marseillais (2e), Miss Tahiti (3e), Miss Bourgogne (4e) et Miss Côte d’Azur (5e). C’est la troisième miss Guadeloupe après Véronique de la Cruz en 1993 et Corinne Coman en 2003, à décrocher le jackpot.

Ce couronnement, la future conservatrice du patrimoine a décidé de le placer sous le signe de la lutte contre l'isolement des personnes âgées, ces mémoires vivantes qu'elle est habituée à rencontrer pour ses études.

Elle a d’ailleurs à cet effet, rendu publiquement un hommage touchant à ses parents et ainés.

C’est une victoire dédiée à la France entière et particulièrement à la Guadeloupe qui réussit un joli doublé. En effet, ce même samedi 14 Décembre, Ophély Mézino, Miss Guadeloupe de l'an dernier, avait été élue première dauphine du très prestigieux concours Miss Monde. Un vrai coup qui restera marqué dans les annales.

Surprises et polémiques

Tout naturellement, le sacre de la Guadeloupéenne Clémence Botino n’a pas fait l’unanimité auprès de certains internautes insatisfaits. La raison : Le déclassement de miss Provence qui selon eux, incarnerait le mieux "la beauté à la française".

Il faut dire qu’à 19 ans, Lou Ruat a déjà devant elle, une belle carrière de mannequin et d'influenceuse. Suivie par plus de 200 000 abonnés Instagram confiants et nombreux à la soutenir, la jeune femme était arrivée en tête de tous les pronostics avant même le début de la cérémonie.

Ces sympathisants outrés n’ont pas manqué de crier au truquage et à la combine. Certains se sont même désolés qu’un nouveau mandat ne soit pas accordé à Vaimalama Chavez, estimant qu’elle faisait mieux briller la couronne.

Ils se sont vus interpellés par d’autres commentaires, leur signifiant que la beauté était un "tout" que ne réunissait pas Lou. Notons que Lou Ruat avait relativement manqué de charisme et d’éloquence, au moment de répondre aux questions posées.

Par ailleurs, ils étaient aussi nombreux à être indignés par l'absence de Miss Nord-Pas-de-Calais parmi les 15 demi-finalistes.

Autre fait ayant provoqué une colère virale sur les réseaux sociaux : le défilé des Miss sur le thème de l'Afrique. Pour cette édition 2020 invitant les pays du monde sur le podium, les miss avaient été appelées à faire un clin d’œil au Royaume-Uni, à la Russie, aux États-Unis, au Japon, à la Polynésie et à l’Afrique !

Cette grosse maladresse qui représentait tout un continent à coté d’autres pays n’était pas passée inaperçue. Elle a suscité de vives polémiques et continuera certainement d’alimenter la toile, dans les jours à venir.

Rappelons qu’une autre controverse s’était déclenchée le 29 juillet dernier, lorsque le comité de l'élection Miss Martinique avait dû faire face à l'abandon d'une de ses candidates. Alors que des raisons évasives avaient été évoquées, plusieurs médias avaient révélé que l’organisation du concours avait réclamé de la jeune femme, qu’elle se lisse les cheveux et s’éclaircisse la peau. Cette information bien que contournée, n’avait pas été démentie clairement par Coretta Nollet, la directrice générale du comité Miss Martinique.

Un grand dommage pour la candidate qui, souhaitant rester libre, avait perdu ses chances de succéder à Olivia Luscap, miss Martinique 2019 et de prétendre à la couronne tant convoitée.

Ne manquez pas notre page Facebook!