Patrice Nganang est devenu depuis peu ce personnage dont on ne peut se passer dans les conversations au Cameroun, dans les communautés africaines et même les communautés internationales. Personnage à la plume directe et conscientisatrice selon ses dires, l'auteur à succès aime se faire entendre lors de ses nombreuses sorties médiatiques concernant ses positions politiques notamment celui de son pays le Cameroun [VIDEO]. Naturalisé américain, il ne cesse toutefois de se revendiquer comme un camerounais libre de se mouvoir dans son pays tout en se projetant comme celui qui n'aurait pas peur de donner son avis. Le Cameroun traversant une veritable crise identitaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et meme du grand Nord (#Boko Haram), l'auteur de "Mount Pleasant" ne s'est pas retenu d'accuser le président de la République du Cameroun son excellence Paul Biya comme principal auteur de ces troubles.

En effet, dans son carnet de voyage, il l'aurait signifié au magazine "Jeune #Afrique" en ces termes : " Je pense que le problème des anglophones ne peut se résoudre qu'à travers le départ de Biya. Le problème du Cameroun c'est Biya, et dès lors que les militaires refuseront de tirer dans la zone anglophone, ce sera le départ du tyran".

Depuis son arrestation le 6 Décembre 2017 pour : outage au chef de l'État et menace de mort, le prévenu s'est vu réduire ses charges se ramenant simplement à : Outrage à corps constitué, apologie de la violence. Annoncé au commissariat central, on le conduira donc ce 13 Décembre 2017 aux environs de 22h au quartier 11 de la prison centrale de Nkondengui à Yaoundé sans que quiconque, ni même son avocat Maître Emmanuel Simh, ne soit au courant.

L'écrivain passera sa première nuit sous les verrous dans son pays d'origine.

Nganang, ou l'expression libre d'un idéal parfois tronqué

Ce Vendredi 15 Décembre 2017, il sera de nouveau entendu au TPI (Tribunal de première instance) au centre administratif de Yaoundé. Ses démarches d'activiste mercantile aux accents démesurés ne sont pour la plupart pas inconnus de la toile. Déjà dans les RS (réseaux sociaux) précisément facebook, l'initiateur de l'ouvrage "Temps de chien" n'omet pas de citer les meilleurs candidats aux résultats du Bac Camerounais tous originaires de la région de l'Ouest (communément appelés Bamiléké) Cameroun au courant de l'année 2016.

Cette position lui vaudra la place de "Tribaliste" et certains le qualifieront de personnage grossier aux relents de séparatistes. Loin d'avoir peur de son vis-à-vis face à son idéologie personnelle, Patrice Nganang poussera le bouchon plus loin en encourageant les communautés anglophones des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, par le fait d'arborer des t-shirts avec l'insigne du Ndomô-Ndomô (un tire-caillou en argo camerounais) dont ont usé les riverains anglophones au début de la crise.

Un périple avec peu d'honneur pour la littérature

Être un éveilleur de conscience et un modèle pour la jeunesse est aussi un aspect du travail de l'écrivain à travers ses oeuvres.Toutefois, renflouer ses préjugés et ses opinions dans un contexte de déchéance et de destruction en un est tout autre. L'auteur à succès qu'est Patrice Nganang se perdrait-il parfois dans ses allégations animalières peu constructives face à ses positions? Ou serait-ce simplement une manière comme une autre d'étendre ses pratiques anarchiques afin d'être de ceux qu'on qualifieraient comme les exclus surnuméraires de la littérature? Nul ne peut donner une véritable réponse à cette décadence sociétale aux vues de ses démarches coutumières sur sa page facebook.

Par ailleurs, des écrivains comme Achille Mbembe diront, malgré tout, vouloir se battre pour la libération de ce confrère qui n'hésitera pas à lui casser du sucre sur son dos ou encore de dénigrer sa personne. Déjà, dans les portes closes du quartier 11 de Nkondengui, il se serait entretenu depuis trois jours avec certains détenus qui l'auront reconnu dès son arrivée. Selon certaines sources, il serait sous surveillance d'agents de la DGRE infiltrés au sein de la prison. Au sortir de cette journée du 15 Décembre 2017, l'audience au TPI serait renvoyée au 19 Janvier 2018 pour citer les témoins d'accusation. Tout en attendant le procès de cet homme de lettre à la langue pendue, les retombées de cette histoire juguleront encore et encore les conversations dans les rues de la ville aux sept collines. #actualités