Elle ne fait plus l'unanimité dans son pays. La présidente de la République de Maurice, Ameenah Gurib-Fakim, l'unique femme chef d'État du continent africain, est impliquée dans un scandale financier qui risque de ternir son image sur le plan international. Cette dernière est engouffrée dans un sacré tourbillon depuis plusieurs jours. Ce, suite à un article de presse paru dans le quotidien L'Express en date du 28 février dernier et ayant pour titre Affaire Alvaro Sobrinho : les folles dépenses de Madame la Présidente.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Achats d'environ 25 000 euros

Ce scandale financier est survenu quelques jours seulement avant le 50ème anniversaire de l'indépendance du pays, célébré ce lundi 12 mars.

Ameenah Gurib-Fakim, 58 ans, occupe le poste de présidente de la République de Maurice depuis juin 2015. L'article en question dénonce le fait qu'elle a effectué des achats personnels avec une carte Platinum qui lui a été remise par Planet Earth Institute, une ONG dont elle était la vice-présidente. [VIDEO]

Cette ONG, destinée à l'avancée scientifique et technologique est financée par l'homme d'affaire angolais Alvaro Sobrinho. Ce dernier est lui-même impliqué dans une sombre affaire de détournement de fonds à plus de 600 millions de dollars de la Banque Espirito Santo Angola. Il est poursuivi en Suisse et au Portugal. Quant à la présidente Gurib-Fakim, il lui est reprochée d'avoir acheté des bijoux et des chaussures, entre autres, avec la carte Platinum, qui à l'origine, avait pour but de couvrir ses dépenses à l'étranger en lien avec sa mission en sa capacité de vice-présidente de Planet Earth Institute.

Les achats en question sont estimés à environ 25 000 euros.

Une date de démission tenue dans le plus grand secret

Suite à une réunion avec le Premier Ministre de Maurice Pravind Jugnauth il y a plusieurs jours, Ameenah Gurib-Fakim avait clairement souligné le fait qu'elle ne comptait pas pour autant démissionner de son poste. Avançant qu'elle n'avait rien à se reprocher du fait qu'elle avait remboursé les achats.

Mais depuis, les choses ont changé et il y a eu un revirement de situation le vendredi 9 mars. Pour cause, un accord a été trouvé entre elle et le Premier ministre Pravind Jugnauth, pour qu'elle démissionne de son poste après les célébrations du 50ème anniversaire de l'indépendance du pays. Toutefois, la date à laquelle elle soumettra sa décision n'a pas encore été rendue publique et est tenue secrètement par le bureau du Premier ministre. La seule indication reste le fait qu'elle soumettra sa décision après le 12 mars !

Les messages de soutien sont rares !

Quoiqu'il en soit, sur les réseaux sociaux, les Mauriciens y vont de leurs petits commentaires et expriment clairement leurs opinions sur toute cette affaire.

Et les messages de soutien envers cette dernière sont rares. Car l'image de celle qui incarnait un renouveau au sein de la classe politique locale a pris un sacré coup suite à cette affaire désormais connue comme le Platinum Card. Le quadricolore mauricien flotte certes en cette date chargée d'histoire. Mais le coeur des mauriciens est-il en fête ? Pas sur !