Le vendredi 20 Avril 2017, il s'est tenu une conférence de de presse au CRESA-Fôret/Bois de Nkolbisson à Yaoundé. Cette rencontre concernait le projet de "Renforcement des capacités des professionnels et des apprenants des institutions d'enseignement supérieur dans la mise en œuvre de l'APV-FLEGT (Accord de Partenariat Volontaire/Forest Law Enforcement, Governance and Trade-Accords) au Cameroun". Il était prévu de d'assister à un atelier de dissémination des programmes de formation de référence, suivi d'un échange face à la presse.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

L'Université de Dschang (UDs) fait partie des huit universités d'Etat du Cameroun. Il a ainsi été créé à la faveur de la réforme universitaire par le décret N°93/029 du 19 Janvier 1993, ou elle hérite de l'ex Centre universitaire de Dschang qui avait une vocation essentiellement Agro Sylvo Pastorale.

Concernant une note d'attribution pour l'amélioration de la gouvernance forestière au Cameroun, il s'est tenu le 5 et le 6 Avril 2018 à l'UDs, un séminaire thématique intitulé "mise en œuvre de l'APV au Cameroun : quel impact sur la gouvernance forestière ". Lors des échanges et des exposés, il a été constaté sur plusieurs aspects quelques acquis majeurs dans la gouvernance forestière au Cameroun. Il s'agissait de la définition consensuelle de la légalité, du renforcement des institutions de promotion de la légalité et de la gouvernance forestière, de la révision du cadre juridique de la gestion forestière (arrêtés APV/FLEGT et projets de la réforme forestière) entre autres. Sous cette bannière, le projet de renforcement des capacités des professionnels et des apprenants, amorce ainsi cette pente pour une approche mieux structurée de ces programmes de formation.

L'économie verte en est une des principales motivations dans cette grande sphère de formation. Comme l'a noté le recteur de l'Université de Dschang le Pr Roger Tsafack Nanfosso lors de son exposé. "Le document de stratégie pour la croissance et l'emploi (DSCE) qui donne les orientations stratégiques du Cameroun pour l'émergence à l'horizon 2035, présente l'Economie verte comme un des principaux moyens devant soutenir la croissance. De ce fait, même à l'échelon international, on note une transition progressive vers l'Economie verte. D'ailleurs, depuis la signature de l'accord de partenariat volontaire (APV) avec l'Union Européenne (UE), des actions de renforcement des capacités des acteurs sociaux sont entreprises dans notre pays".

L'Université de Dschang vers une approche constructive et systémique

Étant une université d'État réformiste, elle poursuit obstinément sa logique de professionnalisation des enseignements à travers l'implémentation du système LMD (Licence-Master-Doctorat). Ces programmes de formation travaillent sur la programmation de l'accréditation et attendent le 1 er certificat de légalité.

"L'échec constaté des initiatives d'amélioration de la gouvernance forestière au Cameroun, est l'une des raisons fondamentales de cet échec qui lui est lié à l'insuffisance quanlitative et quantitative de la ressource humaine qualifiée. L'Université de Dschang en collaboration avec la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture) et l'Union Européenne [VIDEO], s'est engagée à adresser cette question à savoir : développer des programmes qui vont permettre d'inverser la tendance. Il s'agit de 3 programmes dits de référence parce-qu'ils vont s'étendre dans l'ensemble de la région Afrique Centrale et peut-être même d'Afrique de l'Ouest". A expliqué le professeur Tchamba Martin, coordinateur du centre d'incubation à l'innovation, chef de département de foresterie à l'Université de Dschang et initiateur de ce programme de formation. Dans ce cadre précis, la nécessité est d'avoir un programme initial pour des étudiants de différentes facultés pas nécessairement inscrits en foresterie et en environnement. Il s'agit ici d'un programme de formation transversal, d'un programme de formation continue, qui lui est destiné aux professionnels déjà sur le terrain, ceci afin de renforcer leurs compétences.

En outre, il peut être considéré comme un programme qui sera dans les prochains jours, accrédité par les instances reconnues telle que l'UNESCO, pour permettre aux étudiants qui en sortent d'en bénéficier, ainsi qu'aux professionnels qui recevront des certifications. Ces certificats leurs permettront d'être compétitifs et de facilement s'insérer dans le monde professionnel.

Un projet d'avenir au sommet de son étude

Le projet comme il est défini est un ensemble d'activités, qui permettent d'atteindre un objectif dans une période bien précise. Ce projet se terminera le 31 Mai 2018, après avoir atteint l'ensemble de ses objectifs. Ceci consistera à développer les 3 programmes que sont : le programme de formation continue, le programme de formation transversal et le programme de formation en gouvernance forestière. Dès Septembre 2018 à Yaoundé, il sera organisé une conférence (avec d'éventuels partenaires) basée sur un colloque international africain sur la gouvernance forestière. Il sera ainsi lancé un premier appel à candidature pour la première session de formation continue qui elle se tiendra en février 2019.

En effet, l'UDs va créer une structure et un fond qui encourage les étudiants eux-mêmes à former leurs propres structures. L'UDs reçoit les apuis des administrations (Ministère des PME, Ministère des forêts, Ministère de l'Economie...), des institutions, et de quelques structures privées. Certains étudiants ont même déjà reçus des financements après sélection de leurs projets lors des délibérations. Cette université a donc installée le FONUD (fonds de l'Université de Dschang) qui atteint sensiblement les 180 millions de francs CFA. Une vingtaine d'étudiants ont déjà pu créer des entreprises et 4 parmi eux ont reçus des prix. En attendant le 1er certificat de légalité, ces formations représentent une plus value pour le Cameroun et l'Afrique, et une nouvelle vision dans le domaine professionnel et de l'emploi.