Prudence au Japon. Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a accueilli avec prudence l'engagement de la Corée du Nord. Le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, a déclaré que lui et le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, avaient convenu lors de négociations à Washington que tout accord devait inclure des armes avec lesquelles la Corée du Nord pourrait continuer à menacer ses voisins. « Ce n'est pas le moment pour le Japon, les Etats-Unis [VIDEO] et la communauté internationale d'alléger la pression » sur la Corée du Nord, a déclaré Itsunori Onodera.

Les prochaines discussions observées avec attention par le Japon

Le vice-Premier ministre et ministre des finances du Japon, Taro Aso, a ajouté une note de scepticisme.

« Ce pays a fait beaucoup de promesses et nous avons payé de l'argent à condition qu'ils abandonnent les sites d'expérimentation nucléaires mais ils ont continué », a déclaré Taro Aso du côté de Washington. Principal opposant de la Corée du Nord ces dernières années, le Japon [VIDEO] reste donc sur ses gardes et va observer avec grande attention les discussions à venir entre Kim Jong-Un et Donald Trump, mais aussi entre le leader nord-coréen et son voisin du Sud.